Ajouts récents sur la Phonobase

–  Gravures illustres
– Mise en ligne de la voix de la Comtesse Constance Markievicz (1868-1927), nationaliste et révolutionnaire irlandaise, qui évoque, en 1922, la mémoire des héros de la guerre d’indépendance Irlandaise, ainsi que le traité anglo-irlandais, ou traité de Londres, signé le 6 décembre 1921.
– Quelques documents autour de l’assassinat de Jean Jaurès : 1°, le récit de Pierre Renaudel, témoin direct, vingt ans après ; 2° le Chant funèbre pour le tribun tombé, par Firmin Gémier ; 3°, Jaurès est mort ! par Maurice Rostand.
– La voix d’Albert Thomas, organisateur de la production d’armement et du travail ouvrier pendant la Première guerre mondiale, premier directeur du Bureau international du travail à Genève. Il évoque brièvement quelques-uns des bouleversements consécutifs à la guerre.

– 14-18 entre les oreilles
Ces exemples s’inscrivent dans un ensemble de documents sonores plus anciens illustrant la Première Guerre mondiale, tout juste numérisés et accessibles ici, qui proviennent pour la plupart de la collection de José Sourillan.
Côté anglo-américain, on trouvera notamment des descriptive sketches, qui mettent en scène la guerre en faisant intervenir plusieurs comédiens : conflit italo-autrichien, combats alliés notamment, avec force artifices et bruitages pour figurer les machines : camions, navires, avions, zeppelins, etc., tandis que les disques français, lorsqu’ils racontent la guerre, s’en tiennent aux chansons, aux monologues ou récits de circonstance. Quelle que soit l’origine de ces disques cependant, les idées véhiculées ici se résument à quelques expressions consacrées : antigermanisme, propagande, envolées lyriques, bourrage de crâne.
On trouvera dans cet ensemble quelques curiosités comme ce cours de langue française destiné aux soldats américains ainsi que, toujours à destination des soldats américains en Europe, deux chants d’encouragement en langue yiddish. Parmi les discours politiques liés à la guerre, on peut entendre les voix suivantes : celle du premier ministre grec Elefthérios Venizélos, qui provoqua la guerre civile, aidant la Grèce à quitter une difficile neutralité et à entrer dans la guerre ; celle de Luigi Cadorna, militaire italien, après la désastreuse défaite italienne à la bataille de Caporetto, celle du général Polonais Józef Haller von Hallenburg, sur un disque Gaumont qui, comme son label l’indique presque, était voué à être synchronisé avec le portrait animé de l’orateur ; celles du général américain Leonard Wood, ou du sénateur Henry Cabot Lodge, qui s’expriment lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis. Celles enfin du général John Pershing et de Philippe Pétain, réunis à l’occasion de l’inauguration du monument Pershing-Lafayette à Versailles (1937).
Il existe tout de même quelques cas bien rares d’antimilitarisme, liés au mouvement socialiste, en réalité antérieurs à la guerre : À bas la guerre (1909), L’étendard de la pitié (1908), qui chante les bienfaits de la Croix-Rouge française, Les refrains de la vie (1907), Voilà les Prussiens, réflexion d’un paysan sur la guerre (1913-1914), ou nettement postérieurs : La guerre, c’est la misère et Formons la chaîne (1931). Dans le même esprit, L’absurdité de la guerre, par Félicien Challaye (1875-1967), pour la Ligue française de l’enseignement, ainsi que la reprise de textes classiques, comme Depuis 6000 ans la guerre, de Victor Hugo, par Robert Damorès (1875-1961)

– Retours sur la guerre
Sur huit faces publiées en 1928 par le Musée de la parole et du geste, le cardinal Louis Henri Joseph Luçon (1842-1930) raconte Le martyre de la cathédrale de Reims. Enfin, parmi les créations littéraires inspirées par la Première guerre mondiale, citons ici quelques fragments au disque, tirés des textes suivants : L’Arrêt sur la Marne, lu par François Porché, son auteur ; Les croix de bois (Roland Dorgelès), par Jean Clarens ; La Peur (Gabriel Chevallier), adaptée au théâtre par la troupe de Firmin Gémier, et enfin : Il ne faut plus jamais ! de et par Maurice Rostand.

Retrouvez ici les mises à jour précédentes de la Phonobase.

HC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *