Article mis en avant

Ajouts récents sur la Phonobase

Mise à jour d’avril 2021 :
Disques du Stalag IV C
Un ensemble unique de disques gravés en 1943 et 1944 par des français prisonniers en Bohême a été donné au LARHRA, en vue de leur dépôt aux Archives nationales. Plus de détails ici.

Mise à jour de juin 2020 :
Les bandes magnétiques de José Sourillan
Le LARHRA, par l’intermédiaire d’Henri Chamoux, a reçu en décembre 2019 le don d’une collection complète d’environ 700 boîtes contenant ensemble environ 1100 bandes magnétiques enregistrées, ainsi que de leur descriptif général en 2 volumes reliés (800 pages environ), en vue de la numérisation et sauvegarde de leur contenu. Cet ensemble patiemment constitué représente 1500 à 2000 heures d’audition et provient de la collection de José Sourillan (1936-2017), qui fut, pendant vingt ans, archiviste à la station de radio RTL.
Plus de détails ici.

Mise à jour de septembre 2019 :
Disques du Gouvernement Provisoire de la République Française
La Phonobase accueille le descriptif d’un ensemble de 469 faces de disques à gravure directe de type « Pyral » numérisées durant l’hiver 2018-2019 pour le compte des Archives nationales. Ces disques proviennent de divers acteurs de l’époque de la Libération en lien avec le GPRF (1944-1946). Leur audition est possible aux Archives nationales où ils sont conservés.

Mise à jour de juin 2019 :
La voix de Léon Tolstoï. Le 9 octobre 1909, une équipe de la Gramophone Company Limited se rendit en Russie à Iasnaïa Poliana, domaine de Léon Tolstoï (1828-1910), afin d’y enregistrer sa voix. Il grava quatre faces : une en russe, une en français, une en anglais, une en allemand. On peut voir et écouter ici le disque français : Qu’est-ce que la religion ?, ainsi que le disque russe : Мысли из книги На каждый день , (Pensées tirées du Livre de chaque jour). Il s’agit du nom de son œuvre testamentaire, publiée en français en 1912 sous le titre La Pensée de l’humanité, ouvrage qu’il entoura de soin durant ses dernières années et dont il corrigeait les épreuves jusque sur sa couche de mourant.

Mises à jour de mars 2019 :
– Opéra, opéra-comique : mise en ligne d’un cylindre inédit de Gabriel Soulacroix (1853-1905), de disques de Maurice Renaud (1861-1933), baryton de l’opéra, gravés en 1901 et 1902, et de neuf faces gravées en 1904 et 1905 par le ténor Adolphe Maréchal (1867-1935). Enregistrements par André Gresse (1868-1937), René-Antoine Fournets (1858-1926), basse de l’Opéra, Léonie Tanésy (1863-1942), de son époux Marius Chambon (1864-1945), de Jean Delvoye (1854-1938), le plus souvent en duo avec Jeanne Daffetye (1878-1962), de Jean Lassalle (1847-1909), Blanche Deschamps-Jéhin (1857-1923), Angèle Pornot (1884-19??), Cécile Merguillier, Albert Piccaluga (1854-1925), Charles Rousselière (1875-1950), Jean Riddez (1875-1939), Edmond Clément (1867-1928), Victor Maurel (1848-1923), Léon Melchissédec (1843-1925), dans l’exceptionnelle simulation d’une leçon de chant.

-Soli instrumentaux – Violon : cylindres gravés en 1903 par Carmen Forte (1886-1864), premier prix du Conservatoire en 1901, disques publiés en 1906-1909, gravés par Ariodante Mai, et Virgilio Ranzato (1882-1937), plus connu comme chef d’orchestre, mais qui fit plusieurs saisons à la Scala de Milan comme premier violon ; enregistrements par Deszö Lederer (1858-1921), Jacques Thibaud (1880-1953), Jan Kubelik (1880-1940), Franz von Vecsey (1893-1935), Alberto Bachmann (1875-1963) – Flûte : Adolphe Hennebains (1862-1914) joue Chopin, Pessard, Doppler, Massenet, Léon Fontbonne (1858-1940). – Banjo, banjoline, mandoline-Banjo, ou zither-banjo : Salvator Léonardi (1872-1938). – Clavecin : un peu hors cadre, car bien postérieurs à la période préférée de la Phonobase voici, outre ses disques commerciaux, quelques enregistrements inédits de Paule de Lestang (1875-1968), gravés au cours d’émissions radiodiffusées sur Lyon PTT en 1938 et 1939.

– Musique de chambre : Les morceaux de musique de chambre sont exceptionnellement peu représentés dans la discographie d’avant 1914. Voici donc quelques raretés : le Quatuor Tourret, dans des fragments de Glazounov, Vidal, Pierné, Haydn, ainsi qu’un quintette à vent (flute, hautbois, clarinette, cor, bassont), menuet de Schubert, par le quintette Lafleurance, Gillet, Lefebvre, Delgrange, Vizentini, de l’Opéra.

– Diction : Félix Galipaux (1860-1931), Jules Leitner (1862-1940), de la Comédie française, Paul Mounet (1847-1922), et son frère Jean-Sully Mounet, dit Mounet-Sully (1841-1916), de Maurice de Féraudy (1859-1932), de son fils, Jacques de Féraudy, (1886-1971), dans une mémorable imitation d’Eugène Silvain (1851-1930) ; Sarah Bernhardt (1844-1923), dans le très rare disque Vocalion qu’elle grava à New-York en 1918 :  Prière pour nos ennemis de Louis Payen / L’étoile dans la nuit, de Henri Cain ; et dans l’introuvable version Zonophone (Paris, 1903) d’un fragment de Phèdre qu’elle avait également gravé à la même époque pour trois autres compagnies.

– Café-concert : Jeanne Allems, Germaine Gallois, Yvette Guilbert, Jeanne Giralduc, Odette Dulac,  ; chanteuses à voix, dans le sillage de Thérésa : Yvhane Gilbert, Lydia Lys, Henriette Leblond, de gommeuses, excentriques, ou chanteuses grivoises : Gavrochinette, Polaire, [Émilie-Marie Bouchaud], Charlotte Gaudet, de chanteurs français s’exprimant en anglais : Edmée Lescot, Tarquini d’Or.  Parmi les hommes : Léonce Bergeret, Benjamin Bloch, fin diseur alsacien, Aristide Bruant, Darlex, [Albert Théodore Belay], Dona [Gaston Théodore Boudon], Dranem, Ferdinand Gabin [Moncorgé], Maurel, Vilbert, Victor Lejal, le siffleur Kar-Yon, sans oublier Marien le sillfomane, Paul Lack, Émile Soubeiran, Gabriel Miller, Vallez, etc.

– Enregistrements d’amateurs : beaucoup d’anonymes, quelques-uns nommés, parmi lesquels la famille Weerts, à Croix (Nord),  Émilien Richard, : Mimie (1 cylindre) ; Souvenances (1 cylindre) ; à Monsieur le Chanoine Siméone, à l’occasion de sa nomination de chanoine titulaire [Augustin Joseph Marie Siméone, futur évêque d’Ajaccio], en deux cylindres (1904). Enfin, quatre cylindres gravés en amateur par des soeurs du carmel de Lisieux., dont un cylindre par Madame la Néele (Marie-Elisa-Jeanne Guérin, 1868-1938), cousine et compagne d’enfance de Marie-Françoise Thérèse Martin, Thérèse de Lisieux.

31 mars 2015
–  Gravures illustres
– Mise en ligne de la voix de la Comtesse Constance Markievicz (1868-1927), nationaliste et révolutionnaire irlandaise, qui évoque, en 1922, la mémoire des héros de la guerre d’indépendance Irlandaise, ainsi que le traité anglo-irlandais, ou traité de Londres, signé le 6 décembre 1921.
– Quelques documents autour de l’assassinat de Jean Jaurès : 1°, le récit de Pierre Renaudel, témoin direct, vingt ans après ; 2° le Chant funèbre pour le tribun tombé, par Firmin Gémier ; 3°, Jaurès est mort ! par Maurice Rostand.
– La voix d’Albert Thomas, organisateur de la production d’armement et du travail ouvrier pendant la Première guerre mondiale, premier directeur du Bureau international du travail à Genève. Il évoque brièvement quelques-uns des bouleversements consécutifs à la guerre.

– 14-18 entre les oreilles
Ces exemples s’inscrivent dans un ensemble de documents sonores plus anciens illustrant la Première Guerre mondiale, tout juste numérisés et accessibles ici, qui proviennent pour la plupart de la collection de José Sourillan.
Côté anglo-américain, on trouvera notamment des descriptive sketches, qui mettent en scène la guerre en faisant intervenir plusieurs comédiens : conflit italo-autrichien, combats alliés notamment, avec force artifices et bruitages pour figurer les machines : camions, navires, avions, zeppelins, etc., tandis que les disques français, lorsqu’ils racontent la guerre, s’en tiennent aux chansons, aux monologues ou récits de circonstance. Quelle que soit l’origine de ces disques cependant, les idées véhiculées ici se résument à quelques expressions consacrées : antigermanisme, propagande, envolées lyriques, bourrage de crâne.
On trouvera dans cet ensemble quelques curiosités comme ce cours de langue française destiné aux soldats américains ainsi que, toujours à destination des soldats américains en Europe, deux chants d’encouragement en langue yiddish. Parmi les discours politiques liés à la guerre, on peut entendre les voix suivantes : celle du premier ministre grec Elefthérios Venizélos, qui provoqua la guerre civile, aidant la Grèce à quitter une difficile neutralité et à entrer dans la guerre ; celle de Luigi Cadorna, militaire italien, après la désastreuse défaite italienne à la bataille de Caporetto, celle du général Polonais Józef Haller von Hallenburg, sur un disque Gaumont qui, comme son label l’indique presque, était voué à être synchronisé avec le portrait animé de l’orateur ; celles du général américain Leonard Wood, ou du sénateur Henry Cabot Lodge, qui s’expriment lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis. Celles enfin du général John Pershing et de Philippe Pétain, réunis à l’occasion de l’inauguration du monument Pershing-Lafayette à Versailles (1937).
Il existe tout de même quelques cas bien rares d’antimilitarisme, liés au mouvement socialiste, en réalité antérieurs à la guerre : À bas la guerre (1909), L’étendard de la pitié (1908), qui chante les bienfaits de la Croix-Rouge française, Les refrains de la vie (1907), Voilà les Prussiens, réflexion d’un paysan sur la guerre (1913-1914), ou nettement postérieurs : La guerre, c’est la misère et Formons la chaîne (1931). Dans le même esprit, L’absurdité de la guerre, par Félicien Challaye (1875-1967), pour la Ligue française de l’enseignement, ainsi que la reprise de textes classiques, comme Depuis 6000 ans la guerre, de Victor Hugo, par Robert Damorès (1875-1961)

– Retours sur la guerre
Sur huit faces publiées en 1928 par le Musée de la parole et du geste, le cardinal Louis Henri Joseph Luçon (1842-1930) raconte Le martyre de la cathédrale de Reims. Enfin, parmi les créations littéraires inspirées par la Première guerre mondiale, citons ici quelques fragments au disque, tirés des textes suivants : L’Arrêt sur la Marne, lu par François Porché, son auteur ; Les croix de bois (Roland Dorgelès), par Jean Clarens ; La Peur (Gabriel Chevallier), adaptée au théâtre par la troupe de Firmin Gémier, et enfin : Il ne faut plus jamais ! de et par Maurice Rostand.

Retrouvez ici les mises à jour précédentes de la Phonobase.

HC

Article mis en avant

Une Nuit au Café Concert avec Marcel Proust

Détestez la mauvaise musique, ne la méprisez pas. Comme on la joue, la chante bien plus, bien plus passionnément que la bonne, bien plus qu’elle s’est peu à peu remplie du rêve et des larmes des hommes. Qu’elle vous soit par là vénérable. Sa place, nulle dans l’histoire de l’Art, est immense dans l’histoire sentimentale des sociétés.

Marcel Proust, Les plaisirs et les jours (1893).

À 16 ans, Marcel Proust (1871-1922) allait applaudir des imitateurs du célèbre Paulus ; à 20 ans il publiait, sous couvert de pseudonyme, des articles élogieux consacrés à Yvette Guilbert, et bientôt, en compagnie de son ami Reynaldo Hahn, il courait entendre Mayol et Fragson.

Au cours de l’émission Une Nuit au Café Concert avec Marcel Proust, de Philippe Garbit, diffusée le 11 juin 2017, et disponible en ligne sur le site de France Culture, l’Archéophone et la Phonobase donnent le « La ». Amour de trottin ; Rien n’est sacré pour un sapeur ; Ça fait toujours plaisir ; Qui veut des plumes de paon ? ; L’étoile d’amour ; Viens Poupoule ; Tu ne sauras jamais ; Ah ! c’qu’on s’aimait : tels sont les titres que Marcel Proust évoque, directement ou à travers des noms d’interprètes comme Mayol, Polin ou Yvette Guilbert, dans À la recherche du temps perdu, ainsi que dans ses cahiers manuscrits, conservés à la BnF. Enregistrés du vivant de Proust, ces titres illustrent ici les entretiens de Philippe Garbit avec Nathalie Mauriac (CNRS-ITEM) et Henri Chamoux (ENS de Lyon-LARHRA).
Outre ces entretiens, cette Nuit de France Culture comprenait des rediffusions d’émissions plus anciennes. On a donc pu entendre successivement à l’antenne :

1 – Nathalie Mauriac : « Le Café-concert était une vraie passion pour Marcel Proust » (entretien du 26 avril 2017, 29 min).

2 – « Prestige du théâtre, Saison d’été – Pas de vacances pour le théâtre » : Le Café chantant. Les origines du café-concert racontées par Léon Chancerel, Bertrand Jérôme, Maurice Jacquemont, Gisèle Casadesus. Réalisation René Guignard, première diffusion sur la Chaîne Nationale le 23 août 1955 (35 min).

3 – « Le Café-concert et la gloire de Thérésa », par Jacques Plessis, réalisation Ange Gille. En 1953, le cycle « Fastes du Second Empire » consacrait une émission à la gloire de Thérésa, « diva du ruisseau » qui consacrait le café-concert. Première diffusion le 10 août 1953 sur la Chaîne Parisienne (35 min).

4 Hommage à Dranem, par Pierre Varenne, avec Pierre Louki, réalisation Jean-Michel Pontramier, première diffusion 6 octobre 1960 sur Paris Inter (35 min).

5 – Henri Chamoux : « L’archéophone permet d’entendre les voix de la Belle Époque » (entretien du 19 avril 2017, 35 min) .

6 – Leurs débuts – Yvette Guilbert, par Pierre Sabatier et Michel de Bry – Avec Yvette Guilbert – Réalisation Max de Rieux. En 1944, peu de temps avant sa mort, Yvette Guilbert racontait ses débuts (Première diffusion 3 juillet 1944 sur Radio Marseille, 30 min).

7 – Les grandes conférences – Marcel Proust était-il musicien ? Georges van Parys, conférences de l’Université des Annales, (première diffusion : 29 septembre 1967, 35 min).

8 – Une Nuit au Café Concert avec Marcel Proust – Entretien 3/4 avec Nathalie Mauriac (26 avril 2017, 25 min).

9 – Rendez-vous samedi soir – Un music-hall à Paris vers 1925, par Pierre Mac Orlan et Nino Frank, réalisation Guy Delaunay, première diffusion 23 février 1957 sur Paris Inter.

10 – Opus – Une soirée au Caf’Conc’ : Reconstitution d’un programme de Café-concert, Par François Castang – Réalisation Chantal Barquissau, 1989.

11 – Une Nuit au Café Concert avec Marcel Proust – Entretien 4/4 avec Nathalie Mauriac (26 avril 2017, 5 min).

Cette nuit d’émissions constitue en somme une prolongation du colloque Proust et la musique qui se tenait les 25, 26 et 27 octobre 2016 à la Fondation Singer-Polignac. Deux conférences de ce colloque, elles aussi disponibles en ligne, reposaient sur les ressources de la Phonobase :
Proust auditeur de musique dans les salons parisiens par Myriam Chimènes
et
« Les plaisirs oubliés de Paris » : Proust au café-concert par Nathalie Mauriac.

Article mis en avant

La Phonobase et la plateforme Europeana

La Phonobase sur Europeana Sounds : une partie des métadonnées de la Phonobase a été agrégée au projet Europeana Sounds qui rassemble un très grand nombre d’autres ressources sonores en ligne, de toutes les époques.
La Phonobase sur Europeana Radio :
Vous pouvez également découvrir les contenus de la Phonobase en les écoutant de façon aléatoire au moyen de l’outil Europeana Radio.

Les bandes magnétiques de José Sourillan

Le LARHRA, par l’intermédiaire d’Henri Chamoux, a reçu en décembre 2019 le don d’une collection complète d’environ 700 boîtes contenant ensemble environ 1100 bandes magnétiques enregistrées, accompagnées de leur documentation individuelle (1500 pages environ, réparties dans les boîtes), ainsi que de leur descriptif général en 2 volumes reliés (800 pages environ)1, en vue de la numérisation et sauvegarde de leur contenu. Cet ensemble patiemment constitué représente 1 500 à 2 000 heures d’audition et provient de la collection de José SOURILLAN (1936-2017), qui fut, pendant vingt ans, archiviste à la station de radio RTL.

Produites entre 1950 et les années 1980, ces bandes 1/4 de pouce montées sur noyaux AEG ou sur bobines plastique, comprennent des archives sonores disséminées ou mises au rebut (interviews, reportages, théâtre radiophonique), en provenance de stations de radios privées et de professionnels du journalisme. Elles occupent environ 12 mètres linéaires d’archives : 200 boîtes 27 cm, et 560 boîtes 18 cm. Selon leur origine, il s’agit principalement de bandes en pleine piste (environ 800) ou en demi-piste (300 environ), et une vingtaine en quart de piste. On trouve presque toutes les vitesses de défilement, soit 4,75 ; 9,5 ; 19 ; 38… et 76 cm/s pour les plus anciennes, qui sont souvent très déformées et demandent un soin particulier lors de leur reproduction. Sur d’autres, de très nombreux points de montage se décollent à la première audition et demandent un remplacement. Enfin, plus classiquement, une quantité heureusement assez modeste de ces bandes est affectée de dégradations chimiques2, ce qui en interdit la reproduction en l’état et demande une lecture après traitement approprié : selon le type de dégradation, le traitement comporte un chauffage préalable, ou une lubrification à la lecture.

Les contenus sonores rassemblés sur ces bandes magnétiques proviennent en majorité de disques à caractère unique, de type Pyral, qui depuis ont été détruits3 du fait de leur fragilité4. De même, certaines bandes de la collection sont des copies de bandes originales 76 cm/s, qui ont déjà disparu depuis, du fait de leur dégradation5. Certains de ces documents ont été remis à José SOURILLAN dans le cadre d’échanges ou d’achats, et dans de plus rares cas, pour le compte de la SERP, (Société d’études et de relations publiques), maison d’édition phonographique fondée par Jean-Marie Le Pen, tandis que certains documents de RTL ont été inclus à la collection par contrat passé en 1972 avec Jean FARRAN (1920-1998), directeur de RTL de 1966 à 19786, ou donnés par Gustave GRAAS (1924-2020), directeur général de Télé Luxembourg7.

Parmi les autres provenances des contenus de cette collection, on trouve aussi :

– des journalistes : Manuel POULET8, Pierre HENRY9, Pierre HIÉGEL10, Jean THÉVENOT11, Léon ROPIQUET12, Pierre DUDAN, Gilles de LA ROCQUE, Samy SIMON13, Sefton DELMER (documents donnés par son bras droit Ellic HOWE14).

– des collectionneurs et marchands : François BELLAIR15, Jacques BERNARD16, Christian CHAUTARD17, Jean COCART18, DEMIÉRY19, Michel DUREY20, Guy DUMAZERT21, André GERLO22, M. GUITTARD23, LABURTHE24, Michel LAMANIERE25, LEFÉBURE26, LEMAREC27, David MASON28, Édouard PECOURT29, Leonard PETTS30, NOGUIER31, Franklin PICARD, Georges ROUSSILLON32, Daniel VALON33, VERGES, Walter ROLLER34, M. TOUATI35.

– des hommes politiques, officiers, hauts fonctionnaires et autres personnes proches des orateurs enregistrés : Max PETIT (documents de Radio Alger, Radio Hirondelle (Hanoï) et Radio Saïgon36), Charles FILIPPI37, secrétaire de Philippe HENRIOT ; Gilles de La Rocque38 ; Mme la Maréchale de LATTRE39 ; Mme la Maréchale JUIN40, ainsi qu’un ou plusieurs secrétaires du général DE GAULLE41. Des personnes ayant eu accès à des archives, tel ce directeur de DECCA (non nommé), dont le père travaillait à Vichy pendant la guerre42, qui fournit des enregistrements de Pierre Laval.

– des stations de radio, des éditeurs, institutions publiques ou privées de production, de conservation, ou des personnes employées de ces administrations : ABSIE43, BBC44 ; Deutsches Rundfunk Archiv ; Radio Canada45 ; Radio 3746 ; Radio Taïwan47 ; NBC Studios, NY48 ; ONU, NY49 ; ORTF ; Discoteca di Stato ; Imperial War Museum50 ; Radio Suisse Romande51 ; RTL ; Visnews52, Léo La Clare (Radio Canada et Archives du Canada)53 ; Leslie WAFFEN (National Archives and Records Administration, Washington)54. Actualités Françaises55, Sté AGES place Vendôme56, FOX Movietone Londres57, VOX58, Éditions SAM-Paris59, Radio 37, Radio Cité, Poste Parisien, Radio Bordeaux60.

– d’autres sources citées de façon plus ou moins hermétique, notamment par des acronymes : « collection J.N.B. »61, « collection LAM » (sans doute Michel LAMANIERE, cité plus haut), LEM DUR (Lemichel-Duroy)62, « ROP » (Léon Ropiquet, cité plus haut), « collection privée, Londres »63, documents échangés aux USA », « Disques DUM »64, (sans doute Michel Dumazert), BERN (Jacques Bernard?), PRES65 (présidence ?), RDN (Radiodiffusion nationale?)66, ou encore ULS67.

Certains documents ont été trouvés aux Puces68. D’autres, en particulier les disques Pyral, et les bandes les plus anciennes, ont été sauvés de la destruction lors de resserrages d’archives, en particulier à RTL69. Enfin, quelques-uns rassemblent des interviews conduites par José Sourillan lui-même, notamment auprès de l’actrice Arletty70, qui a aussi donné quelques bandes personnelles71.

Le reste de la collection, qui n’est pas inclus au présent ensemble, consistait en disques, cassettes, journaux, photos, livres et documents d’archives. Il a été dispersé comme suit :

– Environ 1 000 cassettes auraient été jetées au printemps 2018, devant la crainte et sur la demande expresse du notaire qui ne voulait pas les voir figurer à la succession dont il avait la charge, car « elles auraient pu contenir des enregistrements piratés »72.

– Environ 5 000 disques 33 et 45 tours (vinyle) du commerce ont été cédés à M. Jalal ARO (Phonogalerie / Phono Museum) en décembre 2019.

– Environ 1 000 disques 78 tours acétate (« Pyral », disques de radio, à prise directe) ont été cédés par leur propriétaire à l’INA, durant l’été 2019. Il apparaît désormais que ces disques, (comme un grand nombre d’autres qui se sont dégradés depuis et ne figurent donc pas dans la transaction avec l’INA), sont en copie sur les bandes.

– Environ 4 200 disques 78 tours du commerce ont été cédés à Michael LADWIG, collectionneur et marchand allemand (printemps 2019), qui a commencé à les intégrer à son catalogue de décembre 201973.

La numérisation de ces bandes a débuté au LARHRA en décembre 2019. À la date du 9 février 2020, environ 300 bandes sont numérisées. Dans un deuxième temps, après numérisation, les contenus qui sont rassemblés de façon aléatoire sur ces bandes seront différenciés, scindés et décrits dans une base de données en ligne, sur le modèle de ce qui a été fait sur la Phonobase.

Celle-ci, qui depuis 2015 recueille déjà 220 faces de disques de la collection Sourillan consacrés à la première guerre mondiale74 ainsi que, par exemple, le descriptif, les photos et la cote d’inventaire des disques du Gouvernement provisoire de la République Française numérisés au LARHRA en 2018-2019 pour le compte des Archives nationales75.

Enfin, l’ensemble des enregistrements pourrait être rendu accessible à travers une telle base de données en ligne, qu’il s’agisse de la Phonobase, ou d’une autre, en particulier dans le cas possible, d’une remise aux Archives Nationales par le LARHRA des bandes SOURILLAN numérisées.

Henri CHAMOUX

1 On peut feuilleter une copie des 800 pages de ces deux volumes reliés ici : www.archeophone.org/Sourillan. Les 1500 pages de documentation figurant dans les boîtes seront accessibles dans un second temps.

2 Ces dégradations, bien décrites outre-Atlantique, sont désignées sous le terme générique de « Soft Binder Syndrome », ou « syndrome des liants mous ». Voir notamment sur https://psap.library.illinois.edu/collection-id-guide/softbindersyn pour plus d’information.

3 On trouve un exemple d’une mention de destruction à la page descriptive de la bande 022. L’absence de ces mentions sur les descriptifs d’autres bandes ne garantit en rien la survie de l’original disque, car les mentions de destructions n’ont pas été tenues à jour.

4 Les disques « Pyral » consistent en une tôle de zinc ou d’aluminium enduits d’une laque noire porteuse de la gravure sonore, principalement constituée d’acétate de cellulose, dont l’altération dans le temps cause la perte du contenu enregistré. Le dessèchement de cette laque par évaporation du solvant cause le retrait de la matière et occasionne des craquelures appelées « faïençage » ou « marbrures » : le vernis finit par se décoller en plaques ou paillettes.

5 Exemple de mention de destruction à la page descriptive de la bande 171A.

6 On trouve mention de ce contrat aux descriptions des bandes 178A, 428B, 549, 552, 555 à 558, 561 à 568, 577, 578.

7 Bande 216B.

8 Bandes 019, 140, 600.

9 Bandes 026, 031, 148F, 314, 357, 366, 550, 553, 554, 592.

10 Bandes 102, 130, 379.

11 Bandes 016, 017, 189, 326, 427.

12 Bandes 076, 148F, 259, 310, 325, 353, 488.

13 Bande 130.

14 Bande 174.

15 Bandes 069, 183.

16 Bande 120

17 Bande 098B.

18 Bande 154.

19 Bande 121.

20 Bande 028.

21 Bandes 085, 123, 171I, 277, 410.

22 Bande 255.

23 Bande 187 (document Joseph Caillaux).

24 Bande 355.

25 Bandes 113A, 171J à 171Q, 171T, 198B, 202-1, 273D à 273Z, 307B, 331, 410, 484, 545, 580 à 588, 597 à 599.

26 Bande 497.

27 Bande 275.

28 Bande 148I.

29 Bande 467, piste 2.

30 Bande 505.

31 Bande 261.

32 Bande 130.

33 Bandes 263, 268.

34 Bande 037.

35 Bande 488bis.

36 Bandes 012, 048, 049, 051, 060-064, 066, 075, 087, 095, 105, 106, 109, 118, 113B, 140, 171R, 171S, 234, 252, 253, 257 à 261, 263 à 267, 272, 276 à 279, 286, 291, 294, 312, 348 à 350, 382 à 384, 387, 390, 392, 393, 397, 401 à 403, 416, 421, 452B, 474. D’après une note de la bande 294, Max Petit dirigea Radio-Hirondelle, voix des forces de l’Union française en Indochine, active de 1954 à 1956.

37 Bandes 155-2, 171N, 259, 273P, 280, 494A, 494B, 508 [on trouve parfois l’orthographe PHILIPPI].

38 Bande 319.

39 Bandes 061, 138, 268

40 Bande 138.

41 Bande 309. Les bandes 345, 346, 421, 476 contiennent des documents « copiés chez De Gaulle », rue de Solférino.

42 Bande 356.

43 Bande 256B.

44 Bande 519.

45 Bandes 347, 388, 404, 454.

46 Bande 022-plage2-piste1.

47 Bande 221.

48 Bande 306.

49 Bandes 490, 499.

50 Bande 174.

51 Bande 212A.

52 Bande 472.

53 Bandes 347, 388, 404, 454.

54 Bandes 027, 035, 117, 272, 282, 283, 298, 301, 303, 358, 360, 364, 366, 373, 406, 408, 424, 425, 426, 486, 591

55 Bande 419.

56 Bandes 016, 017, 189, 326, 427 (AGES-Thévenot), 497 (AGES-Lefébure).

57 Bandes 132, 196, 199, 206A, 207, 209A.

58 Bandes 126, 148B, 310, 327, 369, 487.

59 Bande 386.

60 Mention « Radio Bordeaux, dir. M. Sol », 70, 148A.

61 Bande 091.

62 Bande 368.

63 Bandes 081, 082, 097.

64 Bandes 074, 085, 087.

65 Bande 123.

66 Bandes 285, 320, 327.

67 Bande 285.

68 Bande 560, aux puces de Montreuil.

69 José Sourillan ne manquait pas de mentionner la mise au rebut de plus de 10 000 disques Pyral de RTL, vers la fin des années 1960, ainsi que ses efforts désespérés, dans la benne à gravats installée dans la cour où ils avaient été jetés, pour improviser la sauvegarde des plus importants d’entre-eux, plusieurs milliers, qu’il rapporta finalement à son domicile.

70 Bandes 148H, 512-1, 512-2, 514-2, 614-1, 614-2.

71 Bande 148G.

72 Propos rapporté oralement par M. Celestino AFONSO.

Disques du Stalag IV C

Un ensemble unique de disques gravés en 1943 et 1944 par des français prisonniers en Bohême a été donné au LARHRA, en vue de leur dépôt aux Archives nationales, après numérisation.

Dénommés « disques acétate », ou « disques Pyral », ces disques ne résultent pas d’un pressage en série mais sont des originaux de studio. Ils m’ont été remis par des particuliers pour numérisation et mise en ligne sur la Phonobase. Durant 60 ans, ils avaient été conservés à Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), par Elie-Jean Pascaud (1908-2003), qui fit partie des nombreux français prisonniers durant l’été 1940, envoyés d’office en Allemagne pour 5 ans de travaux forcés. Lui, travaillait dans une aciérie près de Prague. Dans le Stalag IV C, en Bohême, il fut l’homme de confiance, c’est-à-dire qu’il avait le rôle difficile d’intercesseur bénévole de ses camarades prisonniers auprès des autorités allemandes.

Non seulement les représentations musicales ou théâtrales étaient tolérées dans les camps de prisonniers, mais en l’occurrence, Pascaud et ses camarades ont bénéficié d’une aide de la YMCA, de Genève : ils ont obtenu des instruments de musique et du matériel de studio pour enregistrer les musiciens professionnels prisonniers de ce camp. On trouve une vingtaine de titres dans cet ensemble de disques gravés directement : jazz français, fragments d’opérettes, musique de chambre, déclamation de textes, poèmes rédigés en détention.

Verlaine, musique de Charles Trénet, arrangement Léon Ferreri, orchestre Léon Ferreri, Brüx. Refrain : René Cartier. Studios d’enregistrement Geistige Betreuung – Stalag IV C – Wistritz. Audition ici

Ces disques à caractère unique ont sans doute visé à servir la propagande de Vichy, mais il reste difficile de savoir s’ils y ont véritablement servi : à Paris, au début de l’été 1944, se préparait au Grand Palais l’exposition L’Âme des camps, sous l’égide de la Croix rouge française. La presse collaborationniste annonçait une présentation de «la vie intellectuelle et spirituelle des prisonniers de guerre» et «une image claire et fidèle de la réalité, directement inspirée par les prisonniers eux-mêmes», notamment à travers l’art, l’artisanat, ou le sport. Ouverte le 8 août 1944, l’exposition ferma deux jours plus tard à la suite de l’ordre d’insurrection lancé par la Résistance. Quatre mois après la libération de Paris, l’exposition Le Front des barbelés est mise en place, elle aussi au Grand Palais, et inaugurée par le Général de Gaulle le 31 décembre 1944, réemployant certains éléments de l’exposition L’âme des camps, dépouillés des symboles de Vichy, pour prôner le rassemblement des français autour du GPRF.

En somme, à qui ces disques ont-ils servi ? On y entend ce prisonnier qui s’exprime lui-même justement sur le thème de L’âme des camps… Cet autre créateur et récitant offre plusieurs exemples de sa poésie du K.G.

Rêver, poésie du K.G. [Kriegsgefangener], de et par Gilbert Rudié. Audition ici

De l’écoute de ces contenus parlés ou musicaux, de la lecture des textes transcrits, c’est bien plus la douleur du prisonnier qui ressort, que le sens politique… Certains contenus cachés sous un étiquetage trompeur, et néanmoins dûment tamponné de l’autorité du Stalag, le confirment, comme cette complainte « séditieuse »… et misogyne. Et sous un titre pleinement assumé au contraire, La grande relève , on assiste à un improbable cours de langue allemande qui résume surtout le quotidien du prisonnier.

Parmi les artistes de ces disques uniques, se distingue le musicien Léon Ferreri (1905-19??), connu pour avoir joué avant-guerre auprès de Django Reinhardt ou Jean Tranchant. Il était le  frère aîné d’Albert Ferreri, cofondateur, en 1947, avec Charles Delaunay, des disques Vogue. Il n’est donc pas surprenant de retrouver dans cet ensemble des titres écrits par D. Reinhardt, comme ce Swing 42, ou ce Nuages. Jazzman complet, Ferreri n’en est pas moins à l’aise dans des morceaux classiques qu’il joue au piano, au violon, ou lorsqu’il dirige l’Orchestre de Brüx Hydrierwerk (Kommando 459). Enfin, parmi les morceaux de musique de chambre, ce fragment du trio 39 de Haydn, le rondo a l’Ongarese, par des interprètes anonymes, est particulièrement réussi et digne des plus grandes interprétations de l’époque.

Le matériel qui a servi à graver ces disques se trouve au Phono museum, Paris, parmi mille autre trésors, allez-y dès que vous pourrez ! Merci à Thomas Henry, à Loïc Pinçon-Desaize, et à la famille Moreira, découvreurs et donateurs généreux, qui ensemble ont permis cette libération de sons des brumes de l’oubli.

Henri Chamoux

Voir aussi :
– Accès à l’ensemble des disques du Stalag IV, et aux textes parlés, sur la Phonobase
– Une brève présentation dans « Tendez l’oreille », de Christophe Dilys sur France Musique
– Les portraits et caricatures de Léon Ferreri et d’Elie-Jean Pascaud, (p. 49-62 du pdf à télécharger)
– Présentation de ces disques dans une vidéo en ligne : Cylindres phonographiques, disques et supports magnétiques
– Retrouvez ici les autres mises à jour de la Phonobase

Célébration du bicentenaire de la naissance d’Édouard-Léon Scott de Martinville


Edouard-Léon Scott de Martinville
(1817-1879) a ouvert la voie / la voix à l’enregistrement du son. Afin de célébrer le bicentenaire de la naissance de celui qui réalisa les premiers enregistrements sonores de l’histoire de l’humanité, entre 1853 et 1860, la Médiathèque Musicale de Paris et PHONO Museum Paris, en partenariat avec la Société d’Encouragement de l’Industrie Nationale, organisent du 18 au 29 avril 2017 une exposition avec le soutien de Laurent Scott de Martinville, arrière petit fils de l’inventeur. Les 140 ans d’histoire du son enregistré seront présentés à cette occasion : des premiers enregistrements sur feuilles « noir de fumée » aux fichiers numériques en passant par cylindres, disques 78t, disques microsillon, bandes magnétiques, cassettes, …
Les enregistrements de Scott de Martinville ont été récemment inscrits au Registre international Mémoire du monde de l’UNESCO. Outre l’exposition, une journée de visite-conférence sera organisée en concordance avec une manifestation similaire au Musée Edison, dans le New Jersey.
Vous trouverez toutes les informations pratiques sur la page du site Que faire à Paris : Bicentenaire d’Edouard-Léon Scott de Martinville.

La numérisation sur l’Archéophone des dictabelts du procès de Rivonia

Le Dictabelt, cylindre souple de vinyle tendu autour de deux rouleaux mis en rotation dans un appareil de lecture spécial, est l’une des dernières survivances du cylindre phonographique. Ce support sonore a été communément employé aux Etats-Unis et ailleurs, entre 1947 et la fin des années 1970. Parmi les applications les plus connues, au coeur de la guerre froide, de ce curieux cylindre souple, on peut citer les enregistrements des conversations téléphoniques du Président Kennedy, ceux de la voix d’Agatha Christie, dictant intégralement l’un de ses derniers romans, ou encore le fameux enregistrement du procès de Rivonia (1963-1964). Repère emblématique dans l’histoire de la lutte sud-africaine pour la liberté, il s’agit du procès à l’issue duquel Nelson Mandela, Walter Sisulu, Govan Mbeki, Raymond Mhlaba, Elias Motsoaledi, Denis Goldberg, Andrew Mlangeni and Ahmed Kathrada, reconnus coupables de tentatives de coup d’état, ont été condamnés à la prison à vie. Ce procès n’a pas produit de registre d’audience : les conversations n’étaient pas sténographiées, au lieu de quoi il a fait l’objet d’un enregistrement en continu sur 591 dictabelts. Ceux-ci ont été inscrits au registre Mémoire du Monde de l’UNESCO en décembre 2006. Ces documents précieux ont été confiés à l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) en octobre 2014 par les archives nationales d’Afrique du sud (NARSSA), où ils vont retourner prochainement.

Ingénieur d’études membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR CNRS 5190), et inventeur en 1998 de l’Archéophone, initialement destiné à la seule lecture des anciens cylindres phonographiques de cire ou de celluloïd, j’ai pu avec cet appareil lire et numériser l’intégralité des dictabelts de Rivonia. Ce travail de numérisation puis de montage des 230 heures d’enregistrement s’est déroulé sur un peu plus de 15 mois. Ma compétence reconnue dans la sauvegarde des cylindres de cire, et plus largement dans la récupération de supports sonores difficiles à lire, a permis la conclusion d’un marché entre l’ina et le LARHRA en novembre 2014, afin de réaliser la numérisation des dictabelts de Rivonia dans les meilleures conditions techniques. À l’Ina, Brice Amouroux a assuré la coordination du projet, tandis que Patrick Louvet, expert Ina sur les supports sonores rares, a conduit le contrôle qualité de la production numérisée.

Il est utile de noter que parmi les 591 dictabelts de la collection, les sept enregistrés par Nelson Mandela lui-même (déposition à la barre des accusés, 20 avril 1964), avaient déjà été numérisés en 2001 à Londres, à la British Library avec des méthodes à la fois raffinées et rustiques. Parmi les moyens alors rassemblés, on notera l’emploi d’un ancien lecteur dictabelt portable subtilement motorisé pour l’occasion et posé sur une plaque chauffante de laboratoire dans le but de lisser les pliures des dictabelts en rotation et de permettre ainsi une lecture avec un minimum de sauts de piste… De fait, deux de ces sept dictabelts, peut-être à cause de ces manipulations, sont endommagés : ils portent de sévères rayures qui n’ont pas leur équivalent dans le reste de la collection, et qui résultent typiquement de mauvaises manipulations sur un appareil d’époque.

S’il est possible de relire correctement quelques dictabelts avec des machines anciennes, la fiabilité pour la lecture d’archives nombreuses ou sensibles est compromise. Après la réalisation d’un premier prototype de mandrin dictabelt en 2007, j’ai développé en 2013 un mandrin à diamètre ajustable conçu pour permettre la lecture des dictabelts sur l’archéophone. Dans ce dernier procédé, la tension exercée par les mors du mandrin s’applique sur toute la surface du dictabelt et permet de réduire efficacement les incidences négatives des pliures, sans écrasement mécanique ou déformation du support, sans chauffe pour ramollir ou détendre le vinyle : en somme, le document n’est pas déterioré à la lecture.

Comme premier auditeur de l’ensemble de ces enregistrements, j’ai vécu chaque minute du procès de Rivonia, ou du moins de ce qu’il en reste : en tendant l’oreille pour l’écoute de ces dialogues en langue anglaise, et en vérifiant à chaque instant la lente progression de la lecture, répétée le cas échéant, jusqu’à l’obtention du meilleur résultat. Assurément, l’expérience était singulière. De prime abord, ce procès ressemble à beaucoup d’autres, et l’on n’est pas surpris en découvrant la voix profonde et toujours calme du juge Quartus de Wet (1899-1980), qui s’exprime fort peu, très différente de la voix de l’avocat général Percy Yutar (1911-2002) que l’on entend à chaque instant au cours d’interrogatoires interminables, avec une montée chromatique systématiquement exagérée à la fin de chaque question. En fait l’émotion est partout dans cette audition, à chaque nouvelle voix découverte, notamment celles des nombreux témoins de second rang : certains sont absolument terrorisés. Mais en écoutant les voix des principaux accusés de ce procès, leurs réponses patientes, leurs déclarations solennelles, le soutien qu’ils se portent mutuellement, on sent réellement comment, toutes ensembles, ces voix ont transformé ce procès en une tribune pour l’égalité. En particulier, on pourrait énumérer les occurrences nombreuses d’une phrase comme « I am not prepared to disclose any of my friends » [« je ne suis prêt à exposer aucun de mes amis »], prononcée by Ahmed Kathrada, par Walter Sisulu et par les autres, pour prouver une fois de plus, avec la puissance des voix elles-mêmes cette fois-ci, la force et la valeur de personnages exceptionnels.

Ces enregistrements ne nous livrent pas le verdict final. Des sessions complètes, matins et après-midis, sont enregistrées quotidiennement, en continu, par deux appareils correctement relayés, mais ce n’est pas une captation complète du procès. La dernière prise date en effet du 18 mai 1964, soit quelques semaines avant le rendu final du verdict (12 juin 1964). Les dictabelts de Rivonia ne sont d’ailleurs pas abrités dans leurs huit albums dans un ordre chronologique strict, et l’ensemble de la collection fait plutôt penser à un dossier ajouté aux pièces à charge. On n’entendra pas non plus la séance d’ouverture : ni  » Oyez ! oyez ! « , ni aucune autre interjection propre à évoquer une quelconque solennité, mais à la place, des tests de microphone, des bruits d’ambiance : bruits de strapontins ou de portes battantes, bruits de chaises lorsque chacun se lève. Officiellement, le procès débute le 26 novembre 1963, mais le tout premier enregistrement date du 29, et débute par un débat en cours sur la possibilité d’annulation de la procédure de mise en accusation.

Malgré la présence de crépitements et autres altérations que les auditeurs de vinyle connaissent bien, la collection toute entière est déjà parfaitement audible. Elle reste néanmoins à être perfectionnée, ce travail en cours étant assuré par l’équipe de Vincent Fromont, responsable à l’Ina des restaurations audio. Une fois ce travail terminé, une copie complète de l’ensemble sera localement accessible aux chercheurs de toutes disciplines, à l’Ina-THEQUE. De son côté, l’Afrique du Sud aura bien sûr la liberté de diffuser et donner une visibilité totale à ce monument de son histoire.

Henri Chamoux
17 mars 2016
Version plus complète de cet article : http://www.archeophone.org/dictabelt/index.php
Voir aussi :
Les archives sonores du procès de Mandela partent en Afrique du Sud avec Zuma (Laurent Philippi, geopolis.francetvinfo.fr, 12 juillet 2016)
La France offre à l’Afrique du Sud les archives numérisées du procès Mandela ( Amaury Hauchard, Le Monde, 11 juillet 2016)
La machine qui a redonné vie à la voix de Mandela (Philippe Nessmann, CNRS Le Journal, 10 mai 2016)
Procès Mandela : les archives sonores numérisées grâce aux travaux du LARHRA…et à l’archéophone (ENS de Lyon, Zoom sur…, 1er avril 2016)
Procès Mandela : les archives sonores numérisées (INSHS, Vie des laboratoires, 31 mars 2016)
Le Dictabelt, support d’enregistrement audio des années 1950 (video, Henri Chamoux, Patrick Louvet, Amédiart, 2014)
La numérisation sur l’Archéophone des dictabelts du procès de Rivonia (video, Roddy Cunningham, 2015)
Pour l’histoire : le procès de Mandela et des leaders de l’ANC numérisé (video, Franck Podguszer, INA, 2015)
Procès Mandela en Afrique du Sud : les archives sonores numérisées (audio, Nicolas Champeaux, RFI, 26 février 2016. Également en rediffusion ici, 12 juillet 2016)
Mandela et les autres : les archives du procès Rivonia (audio, Nicolas Champeaux, RFI, 16 mars 2016)
Rivonia trial tapes digitized (video, Minister Nathi Mthethwa, Laurent Vallet, SABC Digital News, 17 mars 2016)
Remise des enregistrements du procès de Rivonia au gouvernement français (Ambassade de France à Pretoria, 10 octobre 2014)
Remise des enregistrements sonores numérisés du procès de Rivonia à l’Afrique du Sud (Ambassade de France à Pretoria, 17 mars 2016)
Focus sur une recherche : l’Archéophone, de Birmarck à Mandela, Lettre du LARHRA, n° 11, janvier 2015, p. 9.Revue de presse en langue anglaise à découvrir ici

CHRONIQUES DE LA PHONOBASE – Compte rendu d’ouvrage

Sam Brylawski, Maya Lerman, Robin Pike, Kathlin Smith (dirs.) : ARSC Guide to Audio Preservation, Eugene, OR, Washington, DC, Association for recorded sound collections, Council of Library and information ressources, National Recording Preservation board of the Library of Congress, 2015, 252 p. ISBN 978-1-932326-50-5

Ce livre est publié sous licence Creative Commons (attribution-partage à l’identique) : on peut l’acheter en ligne ou  en obtenir le fichier pdf gratuitement. Il s’adresse à tous les non spécialistes responsables d’archives audio, archivistes, bibliothécaires ou collectionneurs particuliers. Cet ouvrage est publié par la bibliothèque du Congrès, à l’initiative de deux associations à but non lucratif, parmi lesquelles la principale association américaine d’archives sonores, l’ARSC.

Dans un langage clair, facilement accessible au non anglophone et avec un pragmatisme tout américain, cet ouvrage expose simplement les problèmes de la gestion d’archives audio et y associe les solutions les plus recommandables, à l’appui de l’expérience, dans une suite de chapitres qui peuvent être lus dans le désordre, sans préjudice pour la compréhension. Après une évocation exhaustive de la diversité des supports existants, l’ouvrage offre un exposé complet des risques propres à chaque format, du point de vue du conservateur, sans entrer dans les considérations hautement techniques des publications les plus légitimement reconnues (et payantes) de l’AES ou de l’IASA. Il fait un exposé complet des gestes à adopter à titre préventif, ou curatif, notamment après une inondation, en s’appuyant sur des cas concrets.

On trouvera dans cet ouvrage les conseils les plus éclairés en terme de numérisation, indexation, gestion de métadonnées, nommage, stockage et sécurisation de fichiers audio numériques, en tenant compte de la diversité des moyens propres aux différentes structures concernées. Ce livre qui n’oublie pas que les petites institutions manquent parfois de moyens, donne même quelques rappels utiles qui touchent à la communication ou à la recherche de fonds ou de partenariats.

Enfin, ces pages traitent des questions de droit, du point de vue américain bien sûr, ce que l’on peut trouver regrettable, quoique instructif. En particulier, à l’appui de la jurisprudence américaine récente, un chapitre traite de la gestion d’archives orales mises en ligne gratuitement à la disposition de la recherche et de leur utilisation équitable (« fair use »). En faisant un résumé des tendances les plus ouvertes en la matière, cet ouvrage donne ici des idées utiles des deux côtés de l’Atlantique.

Un must !
Téléchargement gratuit et/ou achat de la version papier :
http://www.clir.org/pubs/reports/pub164

Henri CHAMOUX

Ajouts sur la Phonobase, de 2012 à 2014

– Décembre 2014 : ajout de disques du Chronophone Gaumont, initialement destinés à  un spectacle de cinéma parlant avant l’heure

Octobre et novembre 2014 : ajout d’une centaine de documents, parmi lesquels quelques soli et morceaux d’orchestre enregistrés avant 1900 : fantaisie pour violon sur Carmen, par Louis Planel, fragment de la sonate n°8 op. 13, « Pathétique » de Beethoven, fragment de l’andante de la symphonie La Surprise de Haydn. À noter également, enregistrées vers 1905, la curieuse Marche des chauffeurs, ainsi que Les petites mémères, par l’orchestre Auguste Bosc, du Bal Tabarin.
– Diction : Les Chemins de fer, de et par Félix Galipaux (1860-1931), La brouette, de Rostand, par Camille Dumény (1857-1920), et deux fables de La Fontaine par Duparc. Par le même Duparc, Honneur et Patrie, de Yann Nibor, de nouvelles versions du dernier discours du Président Carnot, ainsi qu’une autre édition du discours du père Ollivier à Notre Dame de Paris, à l’occasion la messe dite à la suite de l’incendie du Bazar de la charité survenu le 4 mai 1897.
– Côté lyrique, René Lapelletrie, Charles Rousselière, Alice Verlet.
– Au café-concert, Mme Rollini chante La gardeuse d’ours. On trouvera également des titres intéressants de MM. Caudieux, Charlus, Couchoud, Delmas, Dranem, Dutreux, Peyrinet
– Quelques enregistrements d’amateurs intéressants
– Sur la Grande Guerre : quelques disques de propagande publiés en 1917-1918, aux belles étiquettes arborant portraits de poilus et de Tommies (photos à venir) : Choisis Lison, ou quand voilà les poilus – la première version de Quand Madelon, chanté par Delayrac et choeurs, ainsi que des morceaux d’orchestre militaire : For the front – God Save the Queen – La Marseillaise – On les aura – The march of the Anzacs. Certains de ces disques, par ailleurs très clairs à l’audition, sont néanmoins affectés d’un pleurage important, dû à un défaut d’origine, lors de la prise de son.

Septembre et octobre 2014 : ajout de 128 documents, parmi lesquels Jean Lassalle (1847-1909) chantant Au loin (Liederkreis, op. 39 : in der Fremde) de Schumann ; deux enregistrements de la soprano Renée Ruper, 1er prix d’opéra comique en 1902, et un de Gabriel Soulacroix chantant La véritable Manola, célèbre séguédille, sur un poème de Théophile Gautier emmusiqué par Émile Bourgeois.
Voici également  Anna Thibaud, en 1901, dans une version de la non moins célèbre valse Sourire d’avril, ainsi que de nombreux autres enregistrements de café-concert, parmi lesquels : Mmes GrazideCarmen Vildez, MM. Bérard, Bravo, Paul Brébant, Caudieux, Dona, Fréjol, Mansuelle, Maréchal, Francis Marty, Mercadier, Miller, Montel, Nory, Jean Péheu, Peyrinet, Resca, Sardet, Sulbac, Vallez, et quelques autres.

Juin 2014 : ajout de 120 documents, parmi lesquels un ensemble de disques de tango enregistrés vers 1913-1914, exécutés notamment par l’orchestre Auguste Bosc.

Mai 2014 : ajout de quelques titres, parmi lesquels The old gray fox, musique de Maude White, sur le poème de Conan Doyle, ainsi que Voyage présidentiel, chanson qui évoque le refus du pape Pie X de recevoir le président Émile Loubet à Rome, en réponse à la politique anticléricale du gouvernement français.

Avril 2014 : ajout d’une vingtaine de titres, parmi lesquels un ensemble de disques de la marque Nicole Record, quelques disques de la très curieuse marque française General Talking Machine Limited (1904), en celluloïd comme le non moins curieux Gramo-Card, et un disque Berliner anglais : I want yer ma honey, tiré de la comédie musicale (« musical farce ») Shop Girl, chanté ici par Walter Louis Bradfield (1866-1919).

Mars 2014 : ajout d’une quinzaine de titres, parmi lesquels  un cylindre de Vesta Tilley ainsi qu’un titre inédit de Blaise Petiveau : Les Boeufs, chanté par Yvette Guilbert

Février 2014 : ajout de 57 documents, parmi lesquels quelques disques brésiliens, enregistrés entre 1906 et 1908.
– Café-concert : Mmes Rachel de Ruy, Léonne, Ernestine Néau ; MM. Bravo, Ganneval, Lejal, Malto, Maréchal, Pontis, Willekens, Yvonneck.

Janvier 2014 : ajout de 172 documents
– Diction : notamment Suzanne Després (1875-1951), Félix Galipaux (1860-1931), et Henry Marx (1882-1934)
– Café-concert : MM. Arnould, Léonce Bergeret, Aristide Bruant, Charlus, Dalbret, Darthès, Delcroix, Dranem, toujours cocasse et inégalable dans son répertoire à l’imbécilité consciente, Maurice Dumas, avec qui on touche au ras des pâquerettes (ou pas loin), Paul Dutreux, Lacerpète, etc.
– Orchestre : de nombreux disques de la Garde républicaine, de la Banda Municipale di Milano

Décembre 2013 : ajout de 121 documents, parmi lesquels :
– Diction : notamment la version sur Zonophone du dernier discours du président Carnot à Lyon. Le toast du commandant Marchand à Toulon, à son retour de Fachoda, par Dessarnaux. En langue italienne on trouvera un vrai-faux discours du roi Umberto 1er au départ de soldats italiens pour la Chine mis en scène chez Gramophone, ainsi qu’un prêche de Luigi Vicini (1839–1921), prédicateur et bienfaiteur franciscain, connu sous le nom de Padre Agostino da Montefeltro.
– Opéra : une romance Ukrainienne, enregistrée en 1900 par A. Dimitriev, également de nouveaux fragments par Mmes Guillon-Brasseur, Dartoy et Léonie Tanésy, par MM. Baer, Bru, Fournets, Léon Lafitte, Jean Martapoura, Jean Noté, Marius Chambon, Frantcelly, Jean Lassalle, Hubert Paty, Maurice Vallade, Hector Dupeyron, Jean Chartus ; musiques de Gabriel Pierné, Cécile Chaminade, Charles Gounod, Ruggero Leoncavallo, Félicien David, Ambroise Thomas, etc.
– Café-concert : MM. Bépoil, Bravo, Dranem, Dutreux, Pontis, Guérin-Brabant, et quelques autres.
– On trouvera également ce mois-ci quelques cylindres américains Blue Amberol des années 1925 à 1928. Encore des intrus ? Voire ! Pour justifier cette digression, on trouvera notamment la voix de Thomas Edison

Novembre 2013 : ajout de 72 documents, notamment la voix de Fernand Crommelynck (1886-1970), sur disque APGA.

1er juin 2013 : ajout des quatre cylindres Russes de Félia Litvinne.
Tout comme son incroyable enregistrement de l’air des bijoux de Faust, sur cylindre Céleste (Pathé 3931), ces cylindres étaient jusqu’à présent réputés perdus, et absents de toutes les anthologies de la grande Félia.
Les voici :
Tchaïkovski – Нет толко, тот кто знал (Ah ! Qui brûla d’amour ! – Romance)
Nápravnick – Berceuse d’Adèle (de l’opéra Harold) – Колыбельная Адели из оперы « Гарольд »
Balakirev – Berceuse
Rubinstein – Ночь (Nuit)

30 janvier 2013 : ajout de 148 faces de disques Pathé 35 cm, label « Pathé gravé », parmi lesquels :
– opéra : Auguste Affre, Paul Aumonier, Henri Albers, Hippolyte Belhomme, Marguerite Charpantier, Mathilde Comès, Henri Dangès, Marie Delna, Ernest Dupré, Marguerite Merentié, Jane Morlet, Albert Vaguet, Line Vallandri.
– café-concert : Léonce Bergeret, Boissier, Aristide Bruant, Charlesky, Charlus, Louis Chavat et Ambroise Girier, Paul Dalbret, Henri Dangès, Ferréal, Jean Flor, Junka, Adeline Lanthenay, Eugène Mansuelle, Marcelly, Perval, Polin, Raival, Sonnelly, (acc. Pietro Codini).
– soliste : Jan Rudenyi, violon solo, acc. piano.
– Musique d’orcheste : orchestre Pathé frères – direction Auguste Bosc.
– Cinéma : quelques intrus hors période, des disques Vitaphone, fragments sonores du film Noah’s Ark (1928), de Alois Reiser, Michael Curtiz, et Darryl F. Zanuck.
Également mise en ligne de 360 photos de disques, principalement Pathé 35 cm, label « Pathé gravé ».

30 novembre 2012 : ajout des voix de Maurice Rostand, Paul Fort, de la voix présumée de Robert Desnos. Notices, sons et photos de quelques cylindres et d’environ 140 faces de disques, parmi lesquels :
Musique arabe : Mohamed Effendi el Sabegh, Abdel Hay Effendi Helmi (1857-1912), El Cheikh Youssef El Manyalawi (1843-1911)
Chant en langue basque : Eulogio Villabella
Théâtre, diction : M. Brémont, de l’Odéon ( Léon Bachimont), Paul Fort, Maurice Rostand, Eugène Silvain
– opéra : Marguerite Chambellan, Mathilde Comès, Marie Delna, M. Dulière, Marie Lafargue, Emile Marcelin, Jeanne Marignan, Jane Mérey, Lucien Muratore, M. Navarro, Jean Noté, Francisco Nuibo, Mlle Pla, Cesare Preve, Maurice Renaud, Charles Rousselière, Marie Thiéry, Albert Vaguet, Alice Verlet, M. Vigneau
– café-concert : Léonce Bergeret, Aristide Bruant, Charlus, Dalbret, M. et Mme. Duperrey de Chantloup, Fortugé, M. Gim, Henri Léoni, Francis Manoël, Montéhus

31 octobre 2012 : ajout des notices, sons et photos de 300 faces de disques Pathé, label « Pathé gravé », parmi lesquels :
– théâtre, diction : Louis Chavat et Ambroise Girier, Félix Galipaux, Maurice de Féraudy, Fernand Frey, Eugène Silvain,
– opéra : Auguste Affre, Carlo Albani, Alvarez, Paul Aumonier, Fernand Baer, Hippolyte Belhomme, Léon Beyle, Celestina Boninsegna, Enrico Caruso, Marguerite Chambellan, Marie Delna, Delvoye, David Devriès, Georges Durand, Maria Galvany, Jules Gautier, Ferruccio Giannini, André Gresse, Rosalia Lambrecht, Jeanne Marignan, Marguerite Merentié, Cécile Merguillier, Gabriel Soulacroix, Ioakim Tartakov, Albert Vaguet, Paolo Wulmann.
– café-concert : Léonce Bergeret, Boissier, Aristide Bruant, Buffalo, Dalbret, Darbon, Delayrac, Henri Dickson, Dranem, Marthe Fégus, Louis lynel, Marcelly, André Maréchal, Félix Mayol, Émile Mercadier, Gabriel Miller, Montéhus (également sur disques « Le Semeur ») , Polin, Anna Thibaud
– solistes : M. Bedetti (violoncelle) , Jan Cherniavsky (piano), Christopher Leuntjens (violon), Émile Mendels (violon), Enrico Polo (violon), Virgilio Ranzato (violon)
– Musique d’orcheste : orchestre dir. Edouard Colonne, orchestre dir. Gille, orchestre Pathé frères.

30 septembre 2012 : ajout d’environ 100 faces de disques Pathé, label « Pathé gravé », parmi lesquels :
Charlesky, Charlus, André Maréchal, Émile Mercadier, Adeline Lanthenay, Henri Weber.

– 30 août 2012 :
– Soli de violon par Carmen Forte, fragments de Cinna, de Corneille, par Eugène Silvain.

– 18 juillet 2012 :
La voix du pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Rafaele Luigi Pecci 1810-1903) enregistrée à Rome sur disques Bettini. L’Ave Maria, ainsi que la Bénédiction, enregistrés à Rome, dans les appartements pontificaux, le 5 février 1903, marquent une étape dans l’histoire de l’enregistrement sonore, à plus d’un égard :
– ce sont les premiers enregistrements authentiques d’une célébrité, réalisés en vue d’être dupliqués et diffusés par voie commerciale.
– la rare version sur disques résulte d’une transcription pantographique ou acoustique de la gravure verticale de sillons de cylindres originaux en gravure latérale, celle de disques à aiguille.
– Léon XIII étant né en 1810, il passa longtemps pour la personnalité la plus ancienne ayant jamais enregistré. Il a été détrôné depuis par Helmuth von Moltke (1800-1891) dont la voix, authentique elle-aussi, mais jamais commercialisée, a été rendue audible en 2012.

 – Printemps 2012 : mise en ligne de la Phonobase : 7600 fichiers audio de sons enregistrés avant 1914, par environ 1200 artistes différents. Environ 5400 photos de disques et cylindres.

Base de données : Henri Chamoux – Programmation : Vincent Alamercery. Avec le soutien de

Logo LarhraLogo ENS LyonLogo CNRSLogo Comue Lyon