Ajouts récents sur la Phonobase

( Accès direct à la Phonobase : www.phonobase.org )
( Accès au
mode d’emploi : www.phonobase.org/modemp.php )
( Les aventures de l’Archéophone : www.archeophone.org )

Mars 2024:

Loisirs littéraires au XXe siècle, [détail] dessin d’Albert Robida, tiré de “La fin des livres”, dans Robida/Uzanne: “Contes pour les bibliophiles”, Paris, 1895.

Anthologie des poètes français contemporains dits par eux mêmes:
Gravée d’avril à juin 1929 et publiée par Pathé au printemps 1930, cette “Anthologie des poètes français contemporains dits par eux mêmes” rassemble sur 24 faces de disques 78 tours 30 cm, les voix de Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945), Maurice Donnay (1859-1945), René Fauchois (1882-1962), Paul Fort (1872-1960), Franc-Nohain (1872-1934), Paul Géraldy (1885-1983), Rosemonde Gérard (1866-1953), Pierre de Nolhac (1859-1936), François Porché (1877-1944), André Rivoire (1872-1930), Maurice Rostand (1891-1968) et Miguel Zamacoïs (1866-1955) récitant des fragments de leurs œuvres. Pour écouter, cliquez ici. Un article publié en français dans The French Review, Vol. 4, No. 6 (May, 1931), pp. 461-466 offrait une présentation de ces 12 disques lors de leur publication et proposait un état des lieux de la diction du vers français et la déclamation en France, en considérant cet art comme étant alors dans une période de transition (lien en bas de chacune des fiches). Accès à l’article.

Février 2024:
Un ensemble de quatre disques gravés en 1903 par Coquelin Cadet (1848-1909), généreusement prêtés par M. David Schmutz, collectionneur californien, vient enrichir la Phonobase. Œuvres théâtrales et monologues d’Edme Boursault, Alphonse Daudet, Grenet Dancourt, Charles Cros.

Janvier 2024:
Un ensemble de disques gravés entre 1898 et 1905 offrant des voix rares parmi lesquelles Caro Roma, Rose Relda, Léon Laffitte, Gabriel Soulacroix, Léon Melchissédec, un enregistrement de clarinette solo de 1898, ainsi que quelques disques de café-concert.

Décembre 2023:
« Enregistrements sonores anciens au LARHRA », Les Carnets du LARHRA, 2023 | 1 | 2023 :
Une brève communication qui évoque l’existence de collections sonores privées au service de collections publiques : https://publications-prairial.fr/larhra/index.php?id=937

Mise à jour de septembre 2023:
Les disques de l’orchestre de S.M. Sisowath 1er, gravés à Paris en 1906 :
Durant l’été 1906, le roi Sisowath du Cambodge, pays sous protectorat français depuis 1863, entame un voyage en France qui dure un peu plus d’un mois. Il est accompagné de son orchestre traditionnel khmer, et surtout de danseuses cambodgiennes qui frappent le public français, dont le sculpteur Auguste Rodin, qui les rencontre le 10 juillet à Paris, lors d’une représentation au Pré Catelan. Rodin est fasciné au point de les suivre jusqu’à Marseille, où se déroule la première grande exposition coloniale. Sur l’initiative du musicologue, écrivain et sinologue Louis Laloy, l’orchestre est enregistré le 9 juillet sur six cylindres réputés perdus. Tout aussi introuvables, les transcriptions de trois de ces cylindres, publiées sur disques avant 1910, ont réapparu de façon inespérée et sont à voir et écouter ici sur la Phonobase.

Mise à jour de mai 2023:
Annonce de parution :
Michel Duchesneau et Federico Lazzaro (dir.), Musique, disque et radio en pays francophones, 1880-1950, Paris, Vrin, 2023, 408 pages. Table des matières ici.

Mise à jour de février 2023:
Le Nord est à l’honneur sur la phonobase :
Notamment avec, parmi les nouveaux arrivants à voir, à écouter et à lire :

Le broutteux Jules Watteeuw (1849 – 1947) : http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=Watteeuw ;

Bertal [Albert Demeulemeester (1897 – 1960)] :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=Bertal ;

Bramay (18? – 19?) :
http://www.phonobase.org/simple_search.php?Tout=bramay ;

Line Dariel (1886 – 1956) et Léopold Simons (1901 – 1979) :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=Dariel ;

Firzel (1895 – 1948) :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=firzel ;

Certains d’entre eux récitent ou chantent les textes d’Alexandre Desrousseaux, ou de son fils Bracke-Desrousseaux :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETCompaut=Desrousseaux ;

D’un côté plus académique, le violoncelliste Louis Rosoor (1883 – 1969) jouant Beethoven et Saint-Saëns :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=rosoor ;

Ici, un discours  de René Ladreyt, maire de Cysoing, 7 septembre 1930 :
http://www.phonobase.org/simple_search.php?Tout=cysoing.

Enfin, on trouvera aussi Guy Berry (1907 – 1942), chanteur et acteur né à Lille :
http://www.phonobase.org/advanced_search.php?GETInterprete=berry.

Ces disques proviennent pour la plupart d’un don de M. Christian Declerck, de Dunkerque, pour archivage. Le lien suivant permet de visualiser l’ensemble de cette collection, qui contient également des fragments d’orchestres : scottishs, polkas, et animations pour le carnaval Dunkerquois :
http://www.phonobase.org/simple_search.php?Tout=declerck&langue=&limite=200.

Mise à jour de décembre 2022:
Quelques disques de cinéma parlant :
Parmi un ensemble d’enregistrements de disques Gaumont qui, comme leur nom l’indique presque, étaient voués à être synchronisés avec les films correspondants, on a ajouté ce mois-ci la voix d’un parlementaire italien Alfredo Marchese Capece Minutolo di Bugnano, en 1920, ainsi que l’un des plus anciens enregistrements d’une émission de radio, gravé en 1923. De même, des déclamations de fragments scéniques tirées de Jean Racine, Boileau, La Fontaine, Octave Pradels, Paul Géraldy, etc.
Il a existé au moins deux sortes de disques pour les projections parlantes par le chronophone Gaumont :
– les disques de chronoscènes (ou phonoscènes) Gaumont (à partir de 1905), gravés avant ou après une prise de vue en film muet, sont destinés à une post-synchronisation pour donner l’illusion du film parlant. Tantôt il s’agit de disques spécialement conçus pour la synchronisation, ils portent alors la mention “Établissements Gaumont” ; tantôt ce sont de simples disques du commerce pour la synchronisation desquels on a demandé à des comédiens de mimer leur chant devant la caméra. Dans les deux cas, il s’agit en somme de playback. Ces derniers disques sont reconnaissables à leur timbre de synchronisation collé en surcharge sur l’étiquette.
– Par ailleurs, les “Filmparlants Gaumont” (à partir de 1910), étaient gravés au moment même de la prise de vue, ce qui constituait un perfectionnement de taille, faisant de ces films les premiers “vrais” films parlants.
Parmi les procédés concurrents dans le monde du cinéma sonore naissant, dont on trouve des traces audibles sur la phonobase, on peut citer celui du Phono-cinéma-théâtre (1900), et procédés assimilés, qui faisaient emploi de cylindres aux dimensions imposantes et aux noms de formats évocateurs: Céleste (Pathé), Le Samson (Vivès), L’idéal (Lioret), parmi lesquels figurent quelques cylindres Pathé portant la mention “Phono-cinéma Pathé”. Plus tard (1907-1909), les disques Cinéphonomusica Léoni et Cie, qui sont en réalité des disques ordinaires du commerce de la Société Ondographique Eden surchargés d’une étiquette spécifiques, ainsi que les disques Eclipse, Société nouvelle du cinéma synchrone O. de Faria, vraisemblablement fabriqués par le label Aérophone, ont également servi à la synchronisation sonore avec des films.

Mise à jour d’octobre 2022:
Exposés de la Phonobase en ligne :
On trouvera ici un ensemble d’interventions à des colloques, séminaires et journées d’étude,  liées à la Phonobase ou aux enregistrements historiques. Ces interventions mises sous forme de fichiers pdf sont à télécharger pour être lisibles localement en diaporama (touche F5 sur PC). Les textes en italique sur les images, et les liens cliquables, constituent la “voix off” de ces diaporamas, qui représentent autant d’introductions possibles aux répertoires et contenus de la Phonobase.
Par ailleurs, plus de 800 des notes de bas de pages de  la thèse d’Henri Chamoux La diffusion de l’enregistrement sonore en France à la Belle Époque (1893-1914) renvoient vers les fiches de la Phonobase.
4000 extraits audio chantés ou parlés transcrits en plein texte :
Grâce à l’aide d’un groupe de professeurs de lettres retraités, bénévoles établis en Belgique, qui apportent leur soutien à la Phonobase et au Phono Museum, un effort particulier a été apporté à la transcription des contenus déclamés ou chantés sur la Phonobase, et désormais,  plus de 4000 enregistrements parlés ou chantés sont transcrits en plein texte, parmi les 12800 fiches de la Phonobase.
On peut cliquer ici pour feuilleter et glaner parmi les fiches dotées du plein texte. On y découvrira bien des formules, à la fois surannées et surprenantes, de la plus délicieuse à l’indicible : d’une sensibilité toute romantique, d’une savante délicatesse, d’une grivoiserie décomplexée, d’une imbécilité consciente, grotesques, politiquement incorrectes, choquantes et parfois même criminelles, mais bien souvent savoureuses, et toutes fourmillantes d’enseignements historiques, sociaux ou linguistiques.
1100 disques et cylindres de Charlus :
La Phonobase abrite désormais plus de 1000 enregistrements du chanteur Charlus, après une intense campagne de numérisations au cours de cette année 2022. De son vrai nom Louis-Napoléon Defer (1860-1951), il est bien connu en France comme le chef de file des forçats du phonographe, à l’époque où la duplication mécanique des cylindres et disques laissait à désirer. De son propre aveu, Charlus aurait chanté plus de 80 000 fois devant des pavillons de phonographes, entre 1896 et 1930. Sur la Phonobase, tous les textes des chansons de Charlus sont transcrits : attention, grivoiserie garantie ! Ces documents sonores centenaires sont à prendre avec toute la réserve nécessaire, en considérant en premier lieu la distance du temps.
Discographies et discographes :
Sous ce titre, ce bref article de la revue Sonorités – Bulletin de l’AFAS  explique et raconte l’histoire de la discographie, liste structurée de références de documents sonores, outil précieux pour le chercheur d’enregistrements rares. Il présente une partie des coulisses de la Phonobase en somme, et offre un tour d’horizon du monumental travail de chercheurs d’hier et d’aujourd’hui qui ont constitué les listes – en ligne – de centaines de milliers d’enregistrements commerciaux de la première moitié du XXe siècle.
https://doi.org/10.4000/afas.6883

Mise à jour de février 2022 :
Plus de 700 nouveaux fichiers audio mis en ligne durant l’année 2021, et leur 2500 photos, à découvrir ici. Au programme : une trentaine de faces de musique arabe gravées entre 1907 et 1920 au Caire et Alger, une vingtaine de faces gravées à Constantinople (Empire ottoman), quatre faces en yiddish gravées à Paris en 1908, une trentaine de titres par la chanteuse grecque Marika Papagika, de nombreux cylindres français, gravés avant 1900 chez Lioret et Pathé, un ensemble de cylindres très anciens de toutes marques : Pathé, Bettini, Columbia, dans des répertoires variés de café-concert et chant lyrique. En diction, on remarque, parmi bien d’autres choses, le plus singulier des discours du Général de Gaulle, gravé à Londres pour Noël 1941 à l’attention des enfants de France, et diffusé sur de fragiles petits disques en gomme-laque parachutés en France par la RAF. Parmi environ 200 faces de disques de la Belle Époque ajoutés dernièrement, on remarquera celles de Suzanne Després (1873-1951), actrice symboliste récitant des fragments de Jean Richepin, des enregistrements inédits (1903 !) de la sulfureuse Mlle Polaire (1874-1939), ainsi qu’une curieuse chanson d’actualité, L’affaire K Rus O (cylindre Edison, 1906).

Mise à jour d’avril 2021 :
Disques du Stalag IV C
Un ensemble unique de disques gravés en 1943 et 1944 par des français prisonniers en Bohême a été donné au LARHRA, en vue de leur dépôt aux Archives nationales. Plus de détails ici.

Mise à jour de juin 2020 :
Les bandes magnétiques de José Sourillan
Le LARHRA, par l’intermédiaire d’Henri Chamoux, a reçu en décembre 2019 le don d’une collection complète d’environ 700 boîtes contenant ensemble environ 1100 bandes magnétiques enregistrées, ainsi que de leur descriptif général en 2 volumes reliés (800 pages environ), en vue de la numérisation et sauvegarde de leur contenu. Cet ensemble patiemment constitué représente 1500 à 2000 heures d’audition et provient de la collection de José Sourillan (1936-2017), qui fut, pendant vingt ans, archiviste à la station de radio RTL.
Plus de détails ici.

Mise à jour de septembre 2019 :
Disques du Gouvernement Provisoire de la République Française
La Phonobase accueille le descriptif d’un ensemble de 469 faces de disques à gravure directe de type “Pyral” numérisées durant l’hiver 2018-2019 pour le compte des Archives nationales. Ces disques proviennent de divers acteurs de l’époque de la Libération en lien avec le GPRF (1944-1946). Leur audition est possible aux Archives nationales où ils sont conservés.

Mise à jour de juin 2019 :
La voix de Léon Tolstoï. Le 9 octobre 1909, une équipe de la Gramophone Company Limited se rendit en Russie à Iasnaïa Poliana, domaine de Léon Tolstoï (1828-1910), afin d’y enregistrer sa voix. Il grava quatre faces : une en russe, une en français, une en anglais, une en allemand. On peut voir et écouter ici le disque français : Qu’est-ce que la religion ?, ainsi que le disque russe : Мысли из книги На каждый день , (Pensées tirées du Livre de chaque jour). Il s’agit du nom de son œuvre testamentaire, publiée en français en 1912 sous le titre La Pensée de l’humanité, ouvrage qu’il entoura de soin durant ses dernières années et dont il corrigeait les épreuves jusque sur sa couche de mourant.

Mises à jour de mars 2019 :
– Opéra, opéra-comique : mise en ligne d’un cylindre inédit de Gabriel Soulacroix (1853-1905), de disques de Maurice Renaud (1861-1933), baryton de l’opéra, gravés en 1901 et 1902, et de neuf faces gravées en 1904 et 1905 par le ténor Adolphe Maréchal (1867-1935). Enregistrements par André Gresse (1868-1937), René-Antoine Fournets (1858-1926), basse de l’Opéra, Léonie Tanésy (1863-1942), de son époux Marius Chambon (1864-1945), de Jean Delvoye (1854-1938), le plus souvent en duo avec Jeanne Daffetye (1878-1962), de Jean Lassalle (1847-1909), Blanche Deschamps-Jéhin (1857-1923), Angèle Pornot (1884-19??), Cécile Merguillier, Albert Piccaluga (1854-1925), Charles Rousselière (1875-1950), Jean Riddez (1875-1939), Edmond Clément (1867-1928), Victor Maurel (1848-1923), Léon Melchissédec (1843-1925), dans l’exceptionnelle simulation d’une leçon de chant.

-Soli instrumentaux – Violon : cylindres gravés en 1903 par Carmen Forte (1886-1864), premier prix du Conservatoire en 1901, disques publiés en 1906-1909, gravés par Ariodante Mai, et Virgilio Ranzato (1882-1937), plus connu comme chef d’orchestre, mais qui fit plusieurs saisons à la Scala de Milan comme premier violon ; enregistrements par Deszö Lederer (1858-1921), Jacques Thibaud (1880-1953), Jan Kubelik (1880-1940), Franz von Vecsey (1893-1935), Alberto Bachmann (1875-1963) – Flûte : Adolphe Hennebains (1862-1914) joue Chopin, Pessard, Doppler, Massenet, Léon Fontbonne (1858-1940). – Banjo, banjoline, mandoline-Banjo, ou zither-banjo : Salvator Léonardi (1872-1938). – Clavecin : un peu hors cadre, car bien postérieurs à la période préférée de la Phonobase voici, outre ses disques commerciaux, quelques enregistrements inédits de Paule de Lestang (1875-1968), gravés au cours d’émissions radiodiffusées sur Lyon PTT en 1938 et 1939.

– Musique de chambre : Les morceaux de musique de chambre sont exceptionnellement peu représentés dans la discographie d’avant 1914. Voici donc quelques raretés : le Quatuor Tourret, dans des fragments de Glazounov, Vidal, Pierné, Haydn, ainsi qu’un quintette à vent (flute, hautbois, clarinette, cor, basson), menuet de Schubert, par le quintette Lafleurance, Gillet, Lefebvre, Delgrange, Vizentini, de l’Opéra.

– Diction : Félix Galipaux (1860-1931), Jules Leitner (1862-1940), de la Comédie française, Paul Mounet (1847-1922), et son frère Jean-Sully Mounet, dit Mounet-Sully (1841-1916), de Maurice de Féraudy (1859-1932), de son fils, Jacques de Féraudy, (1886-1971), dans une mémorable imitation d’Eugène Silvain (1851-1930) ; Sarah Bernhardt (1844-1923), dans le très rare disque Vocalion qu’elle grava à New-York en 1918 :  Prière pour nos ennemis de Louis Payen / L’étoile dans la nuit, de Henri Cain ; et dans l’introuvable version Zonophone (Paris, 1903) d’un fragment de Phèdre qu’elle avait également gravé à la même époque pour trois autres compagnies.

– Café-concert : Jeanne Allems, Germaine Gallois, Yvette Guilbert, Jeanne Giralduc, Odette Dulac,  ; chanteuses à voix, dans le sillage de Thérésa : Yvhane Gilbert, Lydia Lys, Henriette Leblond, de gommeuses, excentriques, ou chanteuses grivoises : Gavrochinette, Polaire, [Émilie-Marie Bouchaud], Charlotte Gaudet, de chanteurs français s’exprimant en anglais : Edmée Lescot, Tarquini d’Or.  Parmi les hommes : Léonce Bergeret, Benjamin Bloch, fin diseur alsacien, Aristide Bruant, Darlex, [Albert Théodore Belay], Dona [Gaston Théodore Boudon], Dranem, Ferdinand Gabin [Moncorgé], Maurel, Vilbert, Victor Lejal, le siffleur Kar-Yon, sans oublier Marien le sillfomane, Paul Lack, Émile Soubeiran, Gabriel Miller, Vallez, etc.

– Enregistrements d’amateurs : beaucoup d’anonymes, quelques-uns nommés, parmi lesquels la famille Weerts, à Croix (Nord),  Émilien Richard, : Mimie (1 cylindre) ; Souvenances (1 cylindre) ; à Monsieur le Chanoine Siméone, à l’occasion de sa nomination de chanoine titulaire [Augustin Joseph Marie Siméone, futur évêque d’Ajaccio], en deux cylindres (1904). Enfin, quatre cylindres gravés en amateur par des soeurs du carmel de Lisieux., dont un cylindre par Madame la Néele (Marie-Elisa-Jeanne Guérin, 1868-1938), cousine et compagne d’enfance de Marie-Françoise Thérèse Martin, Thérèse de Lisieux.

31 mars 2015
–  Gravures illustres
– Mise en ligne de la voix de la Comtesse Constance Markievicz (1868-1927), nationaliste et révolutionnaire irlandaise, qui évoque, en 1922, la mémoire des héros de la guerre d’indépendance Irlandaise, ainsi que le traité anglo-irlandais, ou traité de Londres, signé le 6 décembre 1921.
– Quelques documents autour de l’assassinat de Jean Jaurès : 1°, le récit de Pierre Renaudel, témoin direct, vingt ans après ; 2° le Chant funèbre pour le tribun tombé, par Firmin Gémier ; 3°, Jaurès est mort ! par Maurice Rostand.
– La voix d’Albert Thomas, organisateur de la production d’armement et du travail ouvrier pendant la Première guerre mondiale, premier directeur du Bureau international du travail à Genève. Il évoque brièvement quelques-uns des bouleversements consécutifs à la guerre.

– 14-18 entre les oreilles
Ces exemples s’inscrivent dans un ensemble de documents sonores plus anciens illustrant la Première Guerre mondiale, tout juste numérisés et accessibles ici, qui proviennent pour la plupart de la collection de José Sourillan.
Côté anglo-américain, on trouvera notamment des descriptive sketches, ou “scènes descriptives”, qui mettent en scène la guerre en faisant intervenir plusieurs comédiens : conflit italo-autrichien, combats alliés notamment, avec force artifices et bruitages pour figurer les machines : camions, navires, avions, zeppelins, etc., tandis que les disques français, lorsqu’ils racontent la guerre, s’en tiennent aux chansons, aux monologues ou récits de circonstance. Quelle que soit l’origine de ces disques cependant, les idées véhiculées ici se résument à quelques expressions consacrées : antigermanisme, propagande, envolées lyriques, bourrage de crâne.
On trouvera dans cet ensemble quelques curiosités comme ce cours de langue française destiné aux soldats américains ainsi que, toujours à destination des soldats américains en Europe, deux chants d’encouragement en langue yiddish. Parmi les discours politiques liés à la guerre, on peut entendre les voix suivantes : celle du premier ministre grec Elefthérios Venizélos, qui provoqua la guerre civile, aidant la Grèce à quitter une difficile neutralité et à entrer dans la guerre ; celle de Luigi Cadorna, militaire italien, après la désastreuse défaite italienne à la bataille de Caporetto, celle du général Polonais Józef Haller von Hallenburg, sur un disque Gaumont qui, comme son label l’indique presque, était voué à être synchronisé avec le portrait animé de l’orateur ; celles du général américain Leonard Wood, ou du sénateur Henry Cabot Lodge, qui s’expriment lors de l’entrée en guerre des Etats-Unis. Celles enfin du général John Pershing et de Philippe Pétain, réunis à l’occasion de l’inauguration du monument Pershing-Lafayette à Versailles (1937).
Il existe tout de même quelques cas bien rares d’antimilitarisme, liés au mouvement socialiste, en réalité antérieurs à la guerre : À bas la guerre (1909), L’étendard de la pitié (1908), qui chante les bienfaits de la Croix-Rouge française, Les refrains de la vie (1907), Voilà les Prussiens, réflexion d’un paysan sur la guerre (1913-1914), ou nettement postérieurs : La guerre, c’est la misère et Formons la chaîne (1931). Dans le même esprit, L’absurdité de la guerre, par Félicien Challaye (1875-1967), pour la Ligue française de l’enseignement, ainsi que la reprise de textes classiques, comme Depuis 6000 ans la guerre, de Victor Hugo, par Robert Damorès (1875-1961)

– Retours sur la guerre
Sur huit faces publiées en 1928 par le Musée de la parole et du geste, le cardinal Louis Henri Joseph Luçon (1842-1930) raconte Le martyre de la cathédrale de Reims. Enfin, parmi les créations littéraires inspirées par la Première guerre mondiale, citons ici quelques fragments au disque, tirés des textes suivants : L’Arrêt sur la Marne, lu par François Porché, son auteur ; Les croix de bois (Roland Dorgelès), par Jean Clarens ; La Peur (Gabriel Chevallier), adaptée au théâtre par la troupe de Firmin Gémier, et enfin : Il ne faut plus jamais ! de et par Maurice Rostand.

Retrouvez ici les mises à jour précédentes de la Phonobase.

HC



Citer ce billet
Henri Chamoux (2023, 22 mai). Ajouts récents sur la Phonobase. Chroniques de la Phonobase. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve0t

3 réflexions sur « Ajouts récents sur la Phonobase »

  1. Ping : Société du Cinéphonomusica – Disques Léoni & Cie – Label Gallery Française

  2. Ping : Gaumont – Label Gallery Française

  3. Garnier

    L’érudition est l’outil indispensable à toute recherche digne de ce nom et il se trouve qu’Henri Chamoux possède quelque chose en plus . Ce quelque chose c’est le rêve qu’il porte en lui de ce monde englouti et qu’il nous offre depuis si longtemps avec des mots simples. Ainsi, sans être spécialiste on a la possibilité d’appréhender utilement tous les trésors sonores qu’il ressuscite. Merci pour son œuvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.