Les bandes magnétiques de José Sourillan

Le LARHRA, par l’intermédiaire d’Henri Chamoux, a reçu en décembre 2019 le don d’une collection complète d’environ 700 boîtes contenant ensemble environ 1100 bandes magnétiques enregistrées, accompagnées de leur documentation individuelle (1500 pages environ, réparties dans les boîtes), ainsi que de leur descriptif général en 2 volumes reliés (800 pages environ)1, en vue de la numérisation et sauvegarde de leur contenu. Cet ensemble patiemment constitué représente 1 500 à 2 000 heures d’audition et provient de la collection de José SOURILLAN (1936-2017), qui fut, pendant vingt ans, archiviste à la station de radio RTL.

Produites entre 1950 et les années 1980, ces bandes 1/4 de pouce montées sur noyaux AEG ou sur bobines plastique, comprennent des archives sonores disséminées ou mises au rebut (interviews, reportages, théâtre radiophonique), en provenance de stations de radios privées et de professionnels du journalisme. Elles occupent environ 12 mètres linéaires d’archives : 200 boîtes 27 cm, et 560 boîtes 18 cm. Selon leur origine, il s’agit principalement de bandes en pleine piste (environ 800) ou en demi-piste (300 environ), et une vingtaine en quart de piste. On trouve presque toutes les vitesses de défilement, soit 4,75 ; 9,5 ; 19 ; 38… et 76 cm/s pour les plus anciennes, qui sont souvent très déformées et demandent un soin particulier lors de leur reproduction. Sur d’autres, de très nombreux points de montage se décollent à la première audition et demandent un remplacement. Enfin, plus classiquement, une quantité heureusement assez modeste de ces bandes est affectée de dégradations chimiques2, ce qui en interdit la reproduction en l’état et demande une lecture après traitement approprié : selon le type de dégradation, le traitement comporte un chauffage préalable, ou une lubrification à la lecture.

Les contenus sonores rassemblés sur ces bandes magnétiques proviennent en majorité de disques à caractère unique, de type Pyral, qui depuis ont été détruits3 du fait de leur fragilité4. De même, certaines bandes de la collection sont des copies de bandes originales 76 cm/s, qui ont déjà disparu depuis, du fait de leur dégradation5. Certains de ces documents ont été remis à José SOURILLAN dans le cadre d’échanges ou d’achats, et dans de plus rares cas, pour le compte de la SERP, (Société d’études et de relations publiques), maison d’édition phonographique fondée par Jean-Marie Le Pen, tandis que certains documents de RTL ont été inclus à la collection par contrat passé en 1972 avec Jean FARRAN (1920-1998), directeur de RTL de 1966 à 19786, ou donnés par Gustave GRAAS (1924-2020), directeur général de Télé Luxembourg7.

Parmi les autres provenances des contenus de cette collection, on trouve aussi :

– des journalistes : Manuel POULET8, Pierre HENRY9, Pierre HIÉGEL10, Jean THÉVENOT11, Léon ROPIQUET12, Pierre DUDAN, Gilles de LA ROCQUE, Samy SIMON13, Sefton DELMER (documents donnés par son bras droit Ellic HOWE14).

– des collectionneurs et marchands : François BELLAIR15, Jacques BERNARD16, Christian CHAUTARD17, Jean COCART18, DEMIÉRY19, Michel DUREY20, Guy DUMAZERT21, André GERLO22, M. GUITTARD23, LABURTHE24, Michel LAMANIERE25, LEFÉBURE26, LEMAREC27, David MASON28, Édouard PECOURT29, Leonard PETTS30, NOGUIER31, Franklin PICARD, Georges ROUSSILLON32, Daniel VALON33, VERGES, Walter ROLLER34, M. TOUATI35.

– des hommes politiques, officiers, hauts fonctionnaires et autres personnes proches des orateurs enregistrés : Max PETIT (documents de Radio Alger, Radio Hirondelle (Hanoï) et Radio Saïgon36), Charles FILIPPI37, secrétaire de Philippe HENRIOT ; Gilles de La Rocque38 ; Mme la Maréchale de LATTRE39 ; Mme la Maréchale JUIN40, ainsi qu’un ou plusieurs secrétaires du général DE GAULLE41. Des personnes ayant eu accès à des archives, tel ce directeur de DECCA (non nommé), dont le père travaillait à Vichy pendant la guerre42, qui fournit des enregistrements de Pierre Laval.

– des stations de radio, des éditeurs, institutions publiques ou privées de production, de conservation, ou des personnes employées de ces administrations : ABSIE43, BBC44 ; Deutsches Rundfunk Archiv ; Radio Canada45 ; Radio 3746 ; Radio Taïwan47 ; NBC Studios, NY48 ; ONU, NY49 ; ORTF ; Discoteca di Stato ; Imperial War Museum50 ; Radio Suisse Romande51 ; RTL ; Visnews52, Léo La Clare (Radio Canada et Archives du Canada)53 ; Leslie WAFFEN (National Archives and Records Administration, Washington)54. Actualités Françaises55, Sté AGES place Vendôme56, FOX Movietone Londres57, VOX58, Éditions SAM-Paris59, Radio 37, Radio Cité, Poste Parisien, Radio Bordeaux60.

– d’autres sources citées de façon plus ou moins hermétique, notamment par des acronymes : “collection J.N.B.”61, “collection LAM” (sans doute Michel LAMANIERE, cité plus haut), LEM DUR (Lemichel-Duroy)62, “ROP” (Léon Ropiquet, cité plus haut), “collection privée, Londres”63, documents échangés aux USA”, “Disques DUM”64, (sans doute Michel Dumazert), BERN (Jacques Bernard?), PRES65 (présidence ?), RDN (Radiodiffusion nationale?)66, ou encore ULS67.

Certains documents ont été trouvés aux Puces68. D’autres, en particulier les disques Pyral, et les bandes les plus anciennes, ont été sauvés de la destruction lors de resserrages d’archives, en particulier à RTL69. Enfin, quelques-uns rassemblent des interviews conduites par José Sourillan lui-même, notamment auprès de l’actrice Arletty70, qui a aussi donné quelques bandes personnelles71.

Le reste de la collection, qui n’est pas inclus au présent ensemble, consistait en disques, cassettes, journaux, photos, livres et documents d’archives. Il a été dispersé comme suit :

– Environ 1 000 cassettes auraient été jetées au printemps 2018, devant la crainte et sur la demande expresse du notaire qui ne voulait pas les voir figurer à la succession dont il avait la charge, car « elles auraient pu contenir des enregistrements piratés »72.

– Environ 5 000 disques 33 et 45 tours (vinyle) du commerce ont été cédés à M. Jalal ARO (Phonogalerie / Phono Museum) en décembre 2019.

– Environ 1 000 disques 78 tours acétate (“Pyral”, disques de radio, à prise directe) ont été cédés par leur propriétaire à l’INA, durant l’été 2019. Il apparaît désormais que ces disques, (comme un grand nombre d’autres qui se sont dégradés depuis et ne figurent donc pas dans la transaction avec l’INA), sont en copie sur les bandes.

– Environ 4 200 disques 78 tours du commerce ont été cédés à Michael LADWIG, collectionneur et marchand allemand (printemps 2019), qui a commencé à les intégrer à son catalogue de décembre 201973.

La numérisation de ces bandes a débuté au LARHRA en décembre 2019. À la date du 9 février 2020, environ 300 bandes sont numérisées. Dans un deuxième temps, après numérisation, les contenus qui sont rassemblés de façon aléatoire sur ces bandes seront différenciés, scindés et décrits dans une base de données en ligne, sur le modèle de ce qui a été fait sur la Phonobase.

Celle-ci, qui depuis 2015 recueille déjà 220 faces de disques de la collection Sourillan consacrés à la première guerre mondiale74 ainsi que, par exemple, le descriptif, les photos et la cote d’inventaire des disques du Gouvernement provisoire de la République Française numérisés au LARHRA en 2018-2019 pour le compte des Archives nationales75.

Enfin, l’ensemble des enregistrements pourrait être rendu accessible à travers une telle base de données en ligne, qu’il s’agisse de la Phonobase, ou d’une autre, en particulier dans le cas possible, d’une remise aux Archives Nationales par le LARHRA des bandes SOURILLAN numérisées.

Note du 20 mai 2022 : une équipe des Archives nationales est venue le 2 mai dernier à Montrouge étiqueter et retirer les 12 mètres linéaires de bandes, ainsi que les numérisations, en vue de leur conservation au Département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles des AN, sous le nom de “Fonds Sourillan”. À cette occasion, les Archives nationales ont également retiré les disques des prisonniers du Stalag IV C, autres éléments conservés au LARHRA, qui vont rejoindre aux AN le “Fonds Pascaud”.

Henri CHAMOUX

1 On peut feuilleter une copie des 800 pages de ces deux volumes reliés ici : www.archeophone.org/Sourillan. Les 1500 pages de documentation figurant dans les boîtes seront accessibles dans un second temps.

2 Ces dégradations, bien décrites outre-Atlantique, sont désignées sous le terme générique de « Soft Binder Syndrome », ou « syndrome des liants mous ». Voir notamment sur https://psap.library.illinois.edu/collection-id-guide/softbindersyn pour plus d’information.

3 On trouve un exemple d’une mention de destruction à la page descriptive de la bande 022. L’absence de ces mentions sur les descriptifs d’autres bandes ne garantit en rien la survie de l’original disque, car les mentions de destructions n’ont pas été tenues à jour.

4 Les disques « Pyral » consistent en une tôle de zinc ou d’aluminium enduits d’une laque noire porteuse de la gravure sonore, principalement constituée d’acétate de cellulose, dont l’altération dans le temps cause la perte du contenu enregistré. Le dessèchement de cette laque par évaporation du solvant cause le retrait de la matière et occasionne des craquelures appelées « faïençage » ou « marbrures » : le vernis finit par se décoller en plaques ou paillettes.

5 Exemple de mention de destruction à la page descriptive de la bande 171A.

6 On trouve mention de ce contrat aux descriptions des bandes 178A, 428B, 549, 552, 555 à 558, 561 à 568, 577, 578.

7 Bande 216B.

8 Bandes 019, 140, 600.

9 Bandes 026, 031, 148F, 314, 357, 366, 550, 553, 554, 592.

10 Bandes 102, 130, 379.

11 Bandes 016, 017, 189, 326, 427.

12 Bandes 076, 148F, 259, 310, 325, 353, 488.

13 Bande 130.

14 Bande 174.

15 Bandes 069, 183.

16 Bande 120

17 Bande 098B.

18 Bande 154.

19 Bande 121.

20 Bande 028.

21 Bandes 085, 123, 171I, 277, 410.

22 Bande 255.

23 Bande 187 (document Joseph Caillaux).

24 Bande 355.

25 Bandes 113A, 171J à 171Q, 171T, 198B, 202-1, 273D à 273Z, 307B, 331, 410, 484, 545, 580 à 588, 597 à 599.

26 Bande 497.

27 Bande 275.

28 Bande 148I.

29 Bande 467, piste 2.

30 Bande 505.

31 Bande 261.

32 Bande 130.

33 Bandes 263, 268.

34 Bande 037.

35 Bande 488bis.

36 Bandes 012, 048, 049, 051, 060-064, 066, 075, 087, 095, 105, 106, 109, 118, 113B, 140, 171R, 171S, 234, 252, 253, 257 à 261, 263 à 267, 272, 276 à 279, 286, 291, 294, 312, 348 à 350, 382 à 384, 387, 390, 392, 393, 397, 401 à 403, 416, 421, 452B, 474. D’après une note de la bande 294, Max Petit dirigea Radio-Hirondelle, voix des forces de l’Union française en Indochine, active de 1954 à 1956.

37 Bandes 155-2, 171N, 259, 273P, 280, 494A, 494B, 508 [on trouve parfois l’orthographe PHILIPPI].

38 Bande 319.

39 Bandes 061, 138, 268

40 Bande 138.

41 Bande 309. Les bandes 345, 346, 421, 476 contiennent des documents « copiés chez De Gaulle », rue de Solférino.

42 Bande 356.

43 Bande 256B.

44 Bande 519.

45 Bandes 347, 388, 404, 454.

46 Bande 022-plage2-piste1.

47 Bande 221.

48 Bande 306.

49 Bandes 490, 499.

50 Bande 174.

51 Bande 212A.

52 Bande 472.

53 Bandes 347, 388, 404, 454.

54 Bandes 027, 035, 117, 272, 282, 283, 298, 301, 303, 358, 360, 364, 366, 373, 406, 408, 424, 425, 426, 486, 591

55 Bande 419.

56 Bandes 016, 017, 189, 326, 427 (AGES-Thévenot), 497 (AGES-Lefébure).

57 Bandes 132, 196, 199, 206A, 207, 209A.

58 Bandes 126, 148B, 310, 327, 369, 487.

59 Bande 386.

60 Mention « Radio Bordeaux, dir. M. Sol », 70, 148A.

61 Bande 091.

62 Bande 368.

63 Bandes 081, 082, 097.

64 Bandes 074, 085, 087.

65 Bande 123.

66 Bandes 285, 320, 327.

67 Bande 285.

68 Bande 560, aux puces de Montreuil.

69 José Sourillan ne manquait pas de mentionner la mise au rebut de plus de 10 000 disques Pyral de RTL, vers la fin des années 1960, ainsi que ses efforts désespérés, dans la benne à gravats installée dans la cour où ils avaient été jetés, pour improviser la sauvegarde des plus importants d’entre-eux, plusieurs milliers, qu’il rapporta finalement à son domicile.

70 Bandes 148H, 512-1, 512-2, 514-2, 614-1, 614-2.

71 Bande 148G.

72 Propos rapporté oralement par M. Celestino AFONSO.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.